Fantômes de feu, église Ste Thérèse, Rennes, 31 juil.18

Mardi 31 juillet assez avancé dans la soirée l’un de mes fils me dit qu’il y a une odeur de brûlé. Je cherche du regard une fumée dans la cuisine.. rien, mais ça sent, c’est sûr, un peu comme quand l’appartement d’un voisin à 50 m brûlait et que j’avais vu de la fumée passer devant mes fenêtres. Alors on regarde dehors et là on voit une énorme torche vers le collège Ste Thérèse, à 300 m. Je comprends que c’est l’église Ste Thérèse, derrière,  qui brûle. C’est déjà arrivé il y a plusieurs années. Je saisis mon appareil photo..
22h50, je trouve un point de vue plus élevé..
22h54, je suis témoin d’un drame mais je ne peux rien y faire, à part regarder et photographier car c’est impressionnant, spectaculaire. Une tour Eiffel incandescente. Dans cette nuit d’été calme, on n’entend que ce crépitement puissant. Je photographie du même point car je me dis que s’approcher de l’incendie ne me permettrait pas d’être mieux placé pour les photos. Là où je suis est à peu près à la même hauteur que le clocher qui crame.
23h, étrangement, je commence à voir des formes humaines de feu à la pointe du clocher et je me dis que ce sont comme des fantômes de feu.. Pensée bizarre sans doute, mais quand on commence à voir et à imaginer ces choses on ne voit plus que ça..
église ste thérèse, Rennes, 1er août 18, 23h11 (1 sur 1).jpgà 23h11, un buste, la tête couronnée d’un roi mérovingien barbu..

église ste thérèse, le dieu grec,  Rennes, 1er août 18, 23h (1 sur 1).jpg1 mn plus tard, la statue d’un athlète ou d’un Dieu grec..

église ste thérèse, la femme nue, Rennes, 1er août 18, 23h16 (1 sur 1)23h16, une femme moulée dans une robe longue qui se protège le visage de l’insupportable brûlure..
église ste thérèse, le jardinier,  Rennes, 1er août 18, 23h17 (1 sur 1).jpg23h17, le fantôme d’un jardinier..
23h20, ce qui est impressionnant c’est aussi le son de l’incendie, les crépitements se répercutant sur les murs de l’immeuble d’à côté, le choc sourd des poutres qui tombent.. Le clocher, qui brûle depuis plus d’une demi-heure, penche de plus en plus vers la gauche puis, en 2 secondes,  s’écroule..23h20:48, sa chute fait apparaître les arcs d’eau projetée par les pompiers – dont on distingue alors les projecteurs puis la grande échelle – et toute cette eau devient rouge sang..
23h20:49

23h20:51
10 mn plus tard, après la chute du clocher, sous l’arrosage continu le feu baissera d’intensité et je verrai une statue d’Angkor Vat à la tête casquée de feu étendant son bras gauche à l’horizontal. Que me dit-il ?
Le lendemain matin, bien que du même point de vue que la veille,  le spectacle inspire davantage la tristesse que l’imagination..

église ste thérèse, Rennes, 1er août 18, (1 sur 1).jpg

L’horloge est arrêtée à minuit 17, comme si elle avait fonctionné encore 1 heure après que le clocher soit tombé… ? A moins qu’elle n’était encore à l’heure d’hiver ?

église ste thérèse, Rennes, 1er août 18, 9h42 (1 sur 1)

J’ai été surpris par le peu de débris à l’extérieur de l’église, sur le parvis. Les arbustes ont à peine quelques feuilles roussies, mais il manque « ise Sa » au nom… Cette poutre calcinée au clou encore intacte m’apparaît alors comme un symbole..

église ste thérèse, Rennes, 1er août 18, 9h31 (1 sur 1)

Gilets jaunes, Rennes, 17 nov.18, midi

Le gilet – ou chasuble – fluorescent est un élément de protection individuel, obligatoire en France depuis 2008. Il rend visible celui qui le porte et contribue à renforcer sa sécurité, sa survie. Maintenant ce sera un symbole de protestation et, comme les bonnets rouges, on ne regardera plus cet objet comme avant.
Ce matin les « gilets jaunes » manifestent contre le prix du gasoil, « les taxes », expriment un « ras-le-bol général »..
 Même si je vois que beaucoup de ceux qui « filtrent » sur ce pont au-dessus de la rocade, créant des bouchons, sont venus en vélo, force est de constater que la plupart manifestent en véhicule (voiture, moto, utilitaire..), ce que je trouve plutôt absurde : brûler du carburant pour protester contre… le prix du carburant.
Mais ils me rétorqueraient : « comment se faire entendre autrement ? »gilets jaunes, rennes, 17 nov.18, 12h01 (1 sur 1).jpgDonc la rocade de Rennes est inhabituellement tantôt vide tantôt occupée de groupes de véhicules, manifestants en tête suivis d’autres – solidaires en apparence – qui ont mis un gilet jaune sur le tableau de bord puis de tous ceux qui n’arborent aucun signe extérieur de sympathie. Certains pavoisent le gwenn a du et filment au portable en s’asseyant sur le rebord des portières.

gilets jaunes fumigènes, rennes, 17 nov.18, 12h04 (1 sur 1)

gilets jaunes fumigènes, rennes, 17 nov.18, 12h04 - 57 (1 sur 1).jpgEt pourquoi pas rouler la portière ouverte et des fumigènes aux couleurs des gilets ?
Je demande à un manifestant si ça se passe bien. Il me dit « très bien ». Je lui dis que ce n’est pas partout le cas ( une personne a été tuée en Savoie, renversée par une conductrice qui amenait sa fille chez un médecin et qui aurait paniqué quand des manifestants auraient tapé sur sa voiture et il y a, ailleurs, plusieurs dizaines de blessés dont certains graves. Ce sera, à la fin du week-end, plusieurs centaines).
Certains accélèrent fort quand ils sont « débloqués », exprimant ainsi un certain agacement, voire un énervement certain.. C’est dangereux pour les filtreurs et filtreuses qui causent sur la route avec les automobilistes et plus généralement c’est dangereux pour tous ceux qui sont sur les lieux en dehors d’un véhicule. Mais c’est un spectacle qui a l’air de plaire aux enfants.

gilets jaunes, rennes, 17 nov.18, 12h03 (1 sur 1).jpg

gilets jaunes motards, rennes, 17 nov.18, 12h06 (1 sur 1).jpgL’important n’est pas d’éviter les fautes de conjugaison mais de « s’adresser »  au Président.
gilets jaunes saluts, rennes, 17 nov.18, 12h06 (1 sur 1).jpgSaluts, klaxons, rugissements des moteurs sous les ponts (ça résonne). Tout ça est sympathique, on se tient chaud. Certains ont apporté du café et même du rouge (en bas à gauche).
gilets jaunes breizh atao, rennes, 17 nov.18, 12h08 (1 sur 1)
Il y a même une certaine joie ou fierté, ou les 2, à faire des choses interdites (sortir en partie de l’auto..) mais on a pris soin de camoufler la plaque d’immatriculation.
gilets jaunes breizh atao, rennes, 17 nov.18, 12h07 (1 sur 1)
Un appel au « réveil » de la France..

gilets jaunes france réveille toi, rennes, 17 nov.18, 12h09 (1 sur 1)

gilets jaunes breizh lel joggeurl, rennes, 17 nov.18, 12h09 (1 sur 1)
D’autres n’ont rien changé à leurs habitudes piétonnes et sportives ce matin.. Ou est-ce une autre manière d’exprimer une autre position ?

Seuls à plusieurs, Roazhon Run, Rennes, 16 sept.18

Préparatifs.roazhon run, 16 sept 18, 9h56 (1 sur 1)9h56

roazhon run, 16 sept 18, 10h10 (1 sur 1)10h10

roazhon run, 16 sept 18, 10h22 (1 sur 1)10h22 : Sisyphe ?

roazhon run, 16 sept 18, 10h41 (1 sur 1)10h41 : Pierre Couzinier démarre en tête la course de 10 km.

roazhon run, 16 sept 18, 10h49 (1 sur 1)10h49 :  » mais quel plaisir ont-ils à courir dans la poussière ? »

roazhon run, 16 sept 18, 11h10 (1 sur 1)11h10 : Pierre Couzinier est déjà de retour, mais seul cette fois. Il a parcouru environ 9 kms en 30 mn.

 

roazhon run, 16 sept 18, 11h57 (1 sur 1)11h57 : les « Dieux du stade » accueillent les participants aux différentes courses.

roazhon run, 16 sept 18, 12h20 (1 sur 1)midi 19 : on se sent parfois seule sur un podium..

roazhon run, 16 sept 18, 12h38 (1 sur 1)

roazhon run, 16 sept 18, 12h31 (1 sur 1)

roazhon run, 16 sept 18, 11h53 (1 sur 1)Voilà, c’est fini, ou presque..

 

Maman les p’tits bateaux.., Port Mer, 2 sept.18, 15h25

maman les ptits bateaux... Port mer, 2  sept 18 (1 sur 1).jpg

Plusieurs versions de la chansonnette existent. L’une d’elles : « Maman les p’tits bateaux/Qui vont sur l’eau/Ont-ils des jambes ?/Mais non, mon gros bêta S’ils en avaient, ils marcheraient ! » Mais une autre dit le contraire (« Mais oui, mon gros bêta/
S’ils n’en avaient pas / Ils ne marcheraient pas »), ce qui sème la confusion dans l’esprit des petits  enfants, ce qui est stupide de la part des adultes, à moins que cela laisse entrer dans leur esprit, aux enfants, la possibilité de la poésie, du mystère, de l’imagination et du doute..

maman les ptits bateaux... Port mer, 2  sept 18, 15h25 (1 sur 1).jpg

Plaidoyer pour les voiliers, 2 sept. 18

(je modère mon propos qui, sinon, serait plus abrupt)
J’ai « toujours » vu des bateaux à moteurs sur la mer, mais c’est seulement récemment que j’ai l’impression qu’ils deviennent de plus en plus nombreux et, pour tout dire, envahissants.
Les « bateaux à moustache » (quand on les voit s’avancer de face, l’écume sous leur prou leur fait une moustache blanche) sont légions. Ils  sillonnent de plus en plus les côtes, les mers. Quand on est à bord, ça sent toujours moins ou plus l’essence, le gasoil. Et ça consomme..
Alors que la voile est un moyen ancestral de se déplacer au moyen d’une force naturelle – donc « renouvelable »-  sur les eaux de toutes les mers du monde.
Né dans l’époque des véhicules terrestres automobiles je roule en diesel des années 90/2000. Mais l’heure n’est plus à ce mode de déplacement, surtout quand il s’agit de « loisir », c’est-à-dire quand il ne s’agit plus de « survivre » ou de gagner son pain. Il s’agit de vivre en harmonie le plus possible avec notre environnement, donc en l’abimant le moins possible. Je ne parle pas là du modeste pêcheur côtier (bien qu’il serait bon qu’il équipe son bateau d’un mat et d’une voile – certains le font, pour aider le moteur à explosion) mais du bonhomme (il s’agit à 99% d’hommes) qui s’achète un bateau pour aller se balader et « taquiner » le bar , même si je sais que, d’un certain point de vue, ces hommes sont plus proches de la « nature » que les « bobos-qui-n’y-connaissent-rien » (ce ne sont pas mes termes, d’où les guillemets), comme peuvent l’être certains chasseurs en bottes en caoutchouc à l’aube dans les marais.. D’ailleurs, des bars, notamment sur la côte nord de Bretagne il y en aurait de moins en moins puisque des mesures d’interdiction de pêche ont été prises il y a quelques mois.
Alors on aime, on admire, on chérit, les « vieux gréements », voiliers que nos prédécesseurs ont quasiment tous abandonné  – « nécessité économique oblige » – aux vases il n’y a que quelques décennies.
J’ai plusieurs fois repoussé la tentation (et oui, c’est tentant..) de m’en acheter un  pour pouvoir enfin longer les côtes sans trop me soucier du vent et des courants.
Ce que j’ai vu  à Port Mer en ce mois de septembre résume la question : un joli bateau – An Durzunel – au milieu de « bateaux à moustache », manœuvré, en cette presque fin d’après-midi de début d’arrière saison par une jeune femme..
Alors, comme une bonne photo vaut mieux qu’un long discours, voici :

an durzunel, 2 sept 18, port mer (1 sur 1).jpg

.. et voilà, magie du recadrage, l’environnement dans lequel cette jeune femme manœuvre cette belle barque..

an durzunel (cadre large) 2 sept 18, port mer (1 sur 1).jpg

 

Cri(ti)que de Barbe Brûlée (Cancale), dimanche 2 sept.18, début d’après-midi

Toute petite crique de Barbe Brûlée. Surprise de voir qu’il y a un escalier très pentu qui mène à quelques mètres carrés de sable et de n’y découvrir, presque, que des personnes qui y lisent. Livres, manuscrits, études, thèses, ébauches d’articles, recueils de sudoku… ? L’impression que sont concentrées là des personnes qui travaillent. Qui travaillent dans des maisons d’édition, des revues littéraires, des « grands » journaux. On est juste avant la « rentrée littéraire ». Peut-être des lecteurs professionnels, « de Paris », qui bossent en s’accordant, les textes plein leur cerveau, un dernier et urgent rayon de soleil au bord de la mer..

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18 (1 sur 1).jpg

penchés, lecteurs,  barbe brulée, 2 sept 18, 15h14 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h18 (1 sur 1).jpg

penchés, lecteurs,  barbe brulée, 2 sept 18, 15h18 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h21 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h25 (1 sur 1).jpg