Bonne année 2019 ! rue de l’Alma, Rennes, 2 mars 19

Je sais que c’est un peu tard mais le hasard (?) m’a fait voir cette affiche en partie décollée et que je n’ai pas touchée : une campagne de LREM je crois, vantant les actions du Gouvernement et, en-dessous l’affiche d’un spectacle.. Voir ainsi un hasard des choses est rare, et le fait que le résultat soit assez esthétique est encore mieux.

affiche, rennes, 2 mars 19, 13h38.jpg

.. mais ça devient compliqué parfois. Rennes deviendrait-elle, avec cet empilement, vu du Bd Clémenceau, de la prison des femmes et des nouveaux immeubles près de la gare, de plus en plus moche ?

 rennes, 2 mars 19, 14h02.jpg

La nature sait bien mieux que nous créer de la beauté et la beauté, c’est ce que je cherche à voir, cette année comme toujours !

Ceci dit, j’ai photographié aussi le changement d’année, le passage minuté de 2018 à 2019, tel qu’il s’est passé dans le quartier qui a l’une des pires réputations ( en partie justifiée) de Rennes, du Blosne, l’un des « quartiers populaires » ou « sensibles », comme on dit bizarrement aujourd’hui, de Rennes. La vérité est simplement que c’est un des 3 quartiers de tours et « d’espaces verts » sortis de terre dans les années 70, habités par les moins riches de la ville, plus qu’ailleurs d’origine immigrée, mais pas que.

réveillon, rennes, 01 janv 19, 00-01-46.jpg

 

la Glacière, Port de Keroman, Lorient, 10 déc.09, 23h03

Mis en service en 1920, appelée aussi « le frigorifique », la glacière est l’une des premières infrastructures du port de Keroman construite à la sortie de la première guerre mondiale. A cette époque c’était même le principal bâtiment, celui qui se voyait de loin, puisque l’immense base des sous-marin (« base sous-marine » comme on l’appelle dans le pays) n’a été construite que pendant la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle (en 43) la glacière sera d’ailleurs endommagée.

Elle fonctionnait 24h/24 et 7j/7.

En 1985 elle cesse de produire des pains de glace car les bateaux s’équipent de systèmes embarqués.

Elle a commencé à être détruite en février 2017.

Keroman la glacière, 10 déc.09, 23h03.jpg

un dimanche matin d’hiver dans le quartier Hoche/St Melaine, Rennes, 16 déc.18

rue de la palestine, rennes, 16 déc.18, 11h38 (1 sur 1).jpg

rue de la borderie, rennes, 16 déc.18, 11h14 (1 sur 1).jpgCette image demande une explication. Ce n’est pas la photo d’une voiture urbaine, moderne et bleue. Ou pas seulement. De la mousse à raser, bleue aussi, se trouve sur le rebord de cette fenêtre aux volets à moitié ouverts. Et alors ? La rue de la Borderie relie le « XVIè arrondissement » de Rennes – le quartier chic aux hôtels particuliers (certes aujourd’hui assez souvent divisés an appartements, chics aussi) – à l’une des entrées du Centre, à savoir la place Hoche. Or il se trouve qu’il a été décidé que des mineurs étrangers isolés sans papiers seraient retenus dans un « centre de rétention » et que celui-ci – une ancienne gendarmerie – a été situé là, au milieu du quartier chic de Rennes, en plein centre de la ville, d’où les barreaux aux fenêtres, car ce lieu est finalement un centre de détention et que certains mineurs étrangers sont, selon les dires d’une passante bourgeoise qui s’est fait un plaisir – ou un devoir ? – de nous expliquer cela, sans qu’on demande quoi que ce soit, sont « turbulents » voire « délinquants » et ont joué à répandre de la mousse à raser.. bleue.rue de la borderie, rennes, 16 déc.18, 11h10 (1 sur 1).jpg
Un peu plus bas – car elle descend légèrement – de la rue de la Borderie..
place hoche, rennes, 16 déc.18, 10h54 (1 sur 1).jpg
Sapin-cochon. Vous ne trouvez pas ?
église ste melaine, rennes, 16 déc.18, 10h40 (1 sur 1).jpgEglise Ste Melaine, 10h40

place ste melaine, rennes, 16 déc.18, 10h40-12 (1 sur 1).jpg

Port-Louis, 22 févr.10

port-louis 22 févr 10

Habitant depuis mon enfance à Riantec, assez étalée (l’une des plus grandes communes du Morbihan par la superficie), avec des quartiers, je me suis aperçu petit à petit au fil du temps que Port-Louis était différente, plus tard j’ai formulé cette vague impression en me disant que ça avait plus « de cachet » (d’où vient cette expression ?), que c’était mieux.. Sans doute est-ce objectivement vrai car, étant l’une des deux pointes fermant la rade de Lorient, ça a « naturellement » davantage de relief de côte dentelée et c’est – c’est ainsi ! – plus beau. Va savoir pourquoi. Le conditionnement de l’oeil et du cerveau sans doute…

rue de la pointe port-louis 22 févr  10.jpg

Toujours est-il que, quand j’en ai eu la facilité, par l’usage de l’auto, je suis allé,  sans consciemment  savoir pourquoi,  plutôt vers Port-Louis pour « me promener » et, donc (logiquement en ce qui me concerne)  faire des photos. Encore une fois, objectivement (c’est fondamental,  quand on fait de la photo, d’être « objectif »), c’est plus beau car plus concentré, les maisons sont en granit (même si un enduit le recouvre parfois),  serrées les unes contre les autres, et anciennes, car c’était « port-Blavet » et ça date du XVIIè (ou quelque chose comme ça), de Louis XV et de la création de la compagnie des Indes.

rue de la citadelle port-louis 22 févr  10.jpg

Il n’y a point de maison comme celle-ci à Riantec. Le rêve, cette baraque ! Un phare bourgeois. Je la trouve superbe, mais, évidemment (je constate) la commune a autorisé, sinon voulu, la construction d’un bâtiment moche, à côté.

33 rue de la citadelle port-louis 22 févr  10.jpg

Et celle-là ! L’une des 2 seules « maisons d’armateur », avec cette élévation ultime sur le toit, cette véritable pièce plus haute, dont la fenêtre permet au propriétaire, qui a risqué beaucoup d’argent dans les bateaux, de voir au-dessus des remparts,  de regarder, ses bateaux revenir de la pêche, de voir , son investissement passé et son bénéfice futur éventuel, s’approcher…

la maison du dentiste le bon docteur habbouche  rue de la citadelle port-louis 22 févr  10.jpg

et celle-ci, juste à côté  – quelle concurrence – encore plus belle, avec son balconsen fer forgé (pour le 14 juillet ?), et sa quasi tour au-dessus du dessus, grande pièce. Elle a été acquise, à la fin des années 80 ou au début des années 90,  par un homme charmant, dentiste de son état et comme au nom prédesdiné, exerçant à Riantec et chanteur de la meilleure chorale du coin …