la Glacière, Port de Keroman, Lorient, 10 déc.09, 23h03

Mis en service en 1920, appelée aussi « le frigorifique », la glacière est l’une des premières infrastructures du port de Keroman construite à la sortie de la première guerre mondiale. A cette époque c’était même le principal bâtiment, celui qui se voyait de loin, puisque l’immense base des sous-marin (« base sous-marine » comme on l’appelle dans le pays) n’a été construite que pendant la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle (en 43) la glacière sera d’ailleurs endommagée.

Elle fonctionnait 24h/24 et 7j/7.

En 1985 elle cesse de produire des pains de glace car les bateaux s’équipent de systèmes embarqués.

Elle a commencé à être détruite en février 2017.

Keroman la glacière, 10 déc.09, 23h03.jpg

La jetée, la Sainte-Jeanne.., Erquy, 6 févr.19, début d’après-midi

Céréales, sel, sable, graviers, charbon, bétail, oignons, pommes à cidre, phosphate, pétrole, coaltar, fagots, poteaux, ferraille, coke, chaux, minerai de fer.. mais surtout beaucoup de pavés et dalles de grès rose, voilà ce que des hommes chargeaient des heures durant dans la Sainte Jeanne, caboteur de 1912 et aussi « tosse-mer » et « sloop de bornage » , construit pour Louis-Alexandre Duclos, cap-hornier, par François Lemarchand, au chantier de La Landriais sur la Rance. La  Sainte-Jeanne avait fait naufrage dans les atterrages de Paimpol en 1937 suite à une panne du moteur installé l’année d’avant (un premier moteur avait été installé 2 ans plus tôt : problème de conception ?). « Pris dans une furie de nordé, Alexandre et son matelot n’eurent point le temps d’établir la voilure. Le bateau fut perdu sans perte de vie… ». Bref, s’il n’y avait pas eu de moteur, les marins auraient manœuvré à la voile et ça ne serait pas arrivé. En tous cas pas comme ça ce jour-là.
Celle que l’on voit sur la photo en est donc sa réplique, construite entre 1992 et 1994. Elle a été construite à partir des plans, prêtés par Jean Le Bot, d’un bateau similaire, le Louis Marie, avec les conseils de Louis Duclos (« Lolo »),  fils du propriétaire-capitaine et mousse sur l’original, Pierre-Jacques Dagorne (pour les finances) Maryse Laurent (architecte navale), le charpentier de marine trégorrois Yvon Clocher et Serge Riou et de nombreux autres bénévoles. Pendant près de 30 ans le Président de l’Association, qui a eu l’idée de ce projet et l’a porté, a été Roland Blouin (le Président actuel est Jean-François Samit, le vice-président Christian Jouët, la trésorière Danielle Minaultt..). La construction du navire a coûté environ 2,5 millions de francs (près de 400 000 €). Dirigée par Georges Catros, la mairie d’Erquy avait accordé une subvention de 150 000 F (à peine 1% du budget..).

la Jetée Erquy, 6 févr 19, 13h54.jpg

La Sainte-Jeanne a reçu un carénage en février 2018 au port du Légué de St Brieuc.

la sainte jeanne,  Erquy, 6 févr 19, 13h57.jpg

Cette photo ne dit pas grand chose si on ne connait pas l’histoire de la réplique de la Sainte-Jeanne. En juillet 2001 le bateau a échoué sur les rochers en face – la Pointe de la H(o)ussaye – avec des enfants à bord. Pas de victime mais 17 millions de francs (2,5 millions d’€ !) pour le déséchouer et 41 millions pour le reconstruire (ces chiffres, tirés d’un article de OF,  me paraissent hallucinants), le tout pris en charge par l’assurance.

la sainte jeanne,  Erquy, 6 févr 19, 13h56.jpg

La Sainte-Jeanne semble se cacher – elle ne veut pas les voir – des rochers sur lesquelles elle a échoué en 2001..

Port d'Erquy, 6 févr 19, 13h56.jpg

Port d'Erquy, 6 févr 19, 14h49.jpg

un dimanche matin d’hiver dans le quartier Hoche/St Melaine, Rennes, 16 déc.18

rue de la palestine, rennes, 16 déc.18, 11h38 (1 sur 1).jpg

rue de la borderie, rennes, 16 déc.18, 11h14 (1 sur 1).jpgCette image demande une explication. Ce n’est pas la photo d’une voiture urbaine, moderne et bleue. Ou pas seulement. De la mousse à raser, bleue aussi, se trouve sur le rebord de cette fenêtre aux volets à moitié ouverts. Et alors ? La rue de la Borderie relie le « XVIè arrondissement » de Rennes – le quartier chic aux hôtels particuliers (certes aujourd’hui assez souvent divisés an appartements, chics aussi) – à l’une des entrées du Centre, à savoir la place Hoche. Or il se trouve qu’il a été décidé que des mineurs étrangers isolés sans papiers seraient retenus dans un « centre de rétention » et que celui-ci – une ancienne gendarmerie – a été situé là, au milieu du quartier chic de Rennes, en plein centre de la ville, d’où les barreaux aux fenêtres, car ce lieu est finalement un centre de détention et que certains mineurs étrangers sont, selon les dires d’une passante bourgeoise qui s’est fait un plaisir – ou un devoir ? – de nous expliquer cela, sans qu’on demande quoi que ce soit, sont « turbulents » voire « délinquants » et ont joué à répandre de la mousse à raser.. bleue.rue de la borderie, rennes, 16 déc.18, 11h10 (1 sur 1).jpg
Un peu plus bas – car elle descend légèrement – de la rue de la Borderie..
place hoche, rennes, 16 déc.18, 10h54 (1 sur 1).jpg
Sapin-cochon. Vous ne trouvez pas ?
église ste melaine, rennes, 16 déc.18, 10h40 (1 sur 1).jpgEglise Ste Melaine, 10h40

place ste melaine, rennes, 16 déc.18, 10h40-12 (1 sur 1).jpg

La patrouille des bernaches au manoir rouge, Locmariaquer, 28 déc.18, 10h41

Je m’étais dit : cette fois je ne vais pas au manoir, je ne vais pas le photographier. Il est très beau mais je l’ai trop fait, y compris dans le brouillard. Mais, bon, histoire de voir, quand même.. s’il n’y aurait pas quelque chose de différent… Ces jours-là les bernaches arrivent de partout, en petits groupes. On les voit arriver de loin, déterminées. Elles s’approchent et elles passent. En somme elles paradent, comme la patrouille de France. Elles posent en mouvement puis se posent.

bernaches au brennegi, 28 déc.18 (1 sur 1)

bernaches au brennegi 2, 28 déc.18 (1 sur 1)