Galerie

Gatteville, 26 oct.2011, 14h23

img_4575-bis-3

img_4574-bis-3

img_4579-bis-2

En 1669 Vauban propose la construction d’une tour à feu sur cette pointe de Barfleur mais son idée est rejetée. En 1739 plusieurs naufrages se produisant on reparle de l’idée de Vauban mais personne, aucun port, n’accepte de la financer. La navigation se développant dans ces parages, les naufrages se succèdent et, finalement, en 1765 -presqu’un siècle après que Vauban en ait parlé – la chambre de commerce de Rouen se décide. La pose de la première pierre a lieu en 1773. La lumière de cette tour de plus de 30 m de haut se sera cependant « concurrencer » par celle du phare de la Hève, situé sur la falaise à l’ouest du Havre à 123m au-dessus de la mer. Il est donc décidé de construire un phare beaucoup plus haut (du sommet duquel est faite cette photo). La première pierre est posée en 1828 et c’est l’ingénieur Charles-Félix Morice de la Rüe – celui qui mènera la construction du Phare de la Hague (Goury) – qui conduit la construction qui sera achevée 7 ans plus tard. C’était alors le plus haut phare de France et d’Europe ( jusqu’à la construction du Phare de l’ïle Vierge au tournant du siècle).

vue du haut de gatteville, oct 11 (1 sur 1).jpg

Goury 1, 11 janv.16, 17h

Partis d’Ille & Vilaine le matin, nous arrivons à notre destination en fin d’après-midi et je revois ce paysage sublime entrevu quelques années auparavant et que je rêvais de mieux connaître un jour. C’est déjà la fin du jour en ce tout début d’année et le lieu est toujours aussi sublime : les champs d’un vert gras, les murets opiniâtres, le havre de sauvetage et ses quelques maisons, la mer, le ciel et ses nuages roulant, la terre en pente, rousse… et le phare, colonne de granit imposant bravement son existence.
Image

Goury zéro, 28 oct.2011, 16h02

 goury zéro, oct 11 (1 sur 1).jpg
« Goury zéro » car c’est la première photo que j’ai faite de ce phare dont une dizaine de photos, numérotées, se trouve sur ce blog. Quand je l’ai vu pour la première fois, voilà à peu près comment il m’est apparu, lointain…, dans la brume que tentait de percer un soleil étouffé.. presque à la fin d’une journée plaisante mais un peu fatigante  et au cours de laquelle, bien qu’ayant un peu préparé l’itinéraire, je n’avais pas prémédité sa rencontre. Une colonne irréelle, étrange, surnaturelle, fascinante..  un obélisque inattendu venant de Mars,   au point qu’elle a été la motivation principale d’un projet de séjour quelque 4 ans après, où je l’ai vu différemment, bien sûr, mais la fascination a été renouvelée…

Nez de Voidries, Manche, 15 janv.16, 13h47

IMG_9497 bis (2).jpg
« Descriptif :  C’est un roc ! . .. c’est un pic ! . . . c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ?. .. C’est une péninsule ! ( Cyranno de Bergerac). Sur place on ne parle que du Nez de Jobourg… qui est derrière celui-ci et moins haut.. L’auberge en haut (113 m d’altitude) était à vendre, à la date de la prise de vue, plus d’1 million d’euros…La baie – que l’on devine à gauche – est celle d’Ecalgrain où Didier Decoin a fait faire un feu à l’une des héroïnes de son roman les 3 vies de Babe Ozouf, accusée d’être une naufrageuse…