le marégraphe, St Servant, 22 janv.17, vers 15h30

Construit en 1844 sous l’impulsion de l’ingénieur hydrographe Antoine Marie Chazallon qui est à l’origine de l’annuaire des marées. En fonctionnement jusqu’en 1917. Abimé en 1944. Rénové en 1970, il serait encore utile (?) à l’usine marémotrice de la Rance située en amont.

 

Quand j’ai aperçu cette construction je me suis demandé (comme beaucoup) ce que cela pouvait bien être et je me suis dit que, le coin ayant un passé plutôt ancien et plutôt riche, la municipalité avait dû se payer le luxe de construire une tourelle pour simplement offrir un point de vue intéressant sur l’estuaire de la Rance, Dinard et l’entrée du Port de St Malo.. C’était présumer d’un caractère hypothétiquement léger, voire fantasque des autorités.. Ce pourrait être l’usage aujourd’hui mais la passerelle d’accès est fermée et interdite. Dommage. IMG_8148 (2).JPG

Il semble qu’il n’y a que peu de marégraphes anciens en France et ils sont d’aspect fort différent. Il s’en trouve à Brest, Rouen et Marseille où il a pu être constaté – grâce aux enregistrements passés que fournissent ces installations – que le niveau de la Méditerranée s’est élevé de 16 cm depuis 1987 et que cette élévation s’accélère.

IMG_8149 (3).JPG

IMG_8160 (2).JPG

IMG_8164 (2).JPG

La Lune, le manoir et le soleil, Toul Keun, 15 sept.19, entre 7h37 et 8h02

La rencontre de la pleine lune et du soleil levant vaut bien de se lever tôt. A 7h37, 10 mn avant le lever du soleil, je suis sur place et je ne suis pas seul : un fourgon a passé la nuit sur place et je croiserai son propriétaire, un couple d’amoureux sur un voilier mouillé dans l’anse attend aussi le lever du soleil et un peu plus tard j’apercevrai un autre photographe sur la digue.le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h39.jpg

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h42

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h43.jpg

Le vieux rafiot sympathique bleu et vert (« glaz » quoi) est toujours là et son nom est celui du lieu : Toul Keun, qui peut se traduire par l’anse du marais (il y a un marais à droite derrière la digue).

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h43-58

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h47-22.jpg

7h47 : le soleil vient théoriquement de se lever derrière nous mais, paradoxalement, le manoir est un peu moins éclairé. Pourvu que les rayons ne soient pas freinés par des nuages quand, en s’étant élevés, ils viendraient éclairer l’ocre de la bâtisse. J’attends le projecteur solaire dans ce qui ressemble  à une aube un peu terne. Cette demeure a tout d’une « maison de maître » et a donc son parc avec une entrée matérialisée par de 2 piliers, mais c’est – ou plutôt c’était – … un parc à huîtres ( une vasière à marée basse). Il n’y a plus ici, depuis longtemps, d’activité ostréicole et, au fil du temps, des pierres des murets qui forment les 2 bassins se déchaussent .

Le temps va vite au lever du soleil. 3 secondes après la photo au-dessus j’ai l’impression que la lumière change. Les premiers rayons commencent à passer au-dessus du relief et de la végétation à l’est et je sens que la lumière semble devenir plus chaude. Mais peut-être suis-je trompé par mon attente.le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h49-12.jpg

5 minutes plus tard ce que j’attendais est là :  le soleil levé commence à donner aux murs une teinte orangée.le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h54-22.jpg

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h55-26

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h57-54

20 minutes après mon arrivée, je vérifie si le nom de  » manoir rouge » est adapté.

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 7h58-47.jpg

C’est un rouge orangé corail, indien. Oui, c’est ça, les grands arbres et l’orangé du crépi me rappellent l’Inde. Mais le Maharadja qui demeurerait là serait vraiment déchu et ruiné car on est loin d’un palais même si cette belle bâtisse va être plus connue dans quelques semaines ou quelques mois..

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 8h01-24.jpg

le Manoir rouge, Toul Keun, 15 sept.19, 8h02-27.jpg

 

Men er Beleg, St Philibert, 4 juin 2019, 12h09:59

Au « Rocher du Curé », l’un des rares grands ensembles d’immeubles en bord de mer (qui permet à de nombreuses personnes de passer du bon temps les pieds dans l’eau dans un coin tranquille et beau) est bien intégré dans le paysage.. car largement caché par des arbres (pins et cyprès). J’espère qu’ils ne seront pas mis à bas par des tempêtes car alors.. on ne verra plus que les immeubles.

Récemment la municipalité a fait installé une bibliothèque de rue qui est une cabine téléphonique anglaise. C’est la couleur vive qui donne la touche finale, le point sur le i (rouge bien sûr : Rimbaud l’a dit), la cerise sur le gâteau ! (mais j’aurais dû garer la voiture blanche ailleurs..).

Nature & (S)cul(p)ture au Château des Pères, Piré-s/-Seiche, 24 mai 18

L’un des beaux lieux non loin de Rennes où aller, le Château des Pères et son parc accessible librement et ses belles sculptures et œuvres d’art moderne judicieusement placées dans les jardins et le bois.

chateau des pères, 24 mai 18, 16h35.jpgCette œuvre je l’avais déjà photographiée en haut de la tour du Mabilais, mais l’artiste, après la destruction d’une autre de ses réalisations sur le site, avait préféré l’enlever et la mettre au vert.la mabilais 30 oct 16, 16h28.jpg

chateau des pères, 24 mai 18, 15h06

château des pères, 24 mai 18, 16h32.jpg

chateau des pères, 24 mai 18, 16h32.jpgMagnifiques et puissants chevaux de fer galopant autour du château..

château des pères, 24 mai 18, 15h30.jpg

Superbes plongeuse à l’extrémité d’un arc de métal et au-dessus d’une mare de grenouilles, de libellules..

château des pères, 24 mai 18, 15h15.jpg.. étonnante, légère et solide passerelle de fers à béton

château des pères, 24 mai 18, 15h02.jpgtélescopage temporel.. château des pères, 24 mai 18, 15h02-09.jpg

chateau des pères, 24 mai 18, 14h57.jpg

 

château des pères, 24 mai 18, 14h39.jpg

château des pères, 24 mai 18, 14h31.jpg

Ce serait trop long de présenter ici toutes les beautés rencontrées..

Deux, le Bono, 10 oct.18

La construction du pont démarre en 1838. Il sera à péage. Tarifs différents selon le véhicule… ou l’animal ! Elle durera 2 ans. Apparemment ils avaient négligé de créer assez de chemins et le pont est peu emprunté les 10 premières années, aussi à cause du péage et doit être réparé, amélioré..On interdit même à une époque plus de 5 piétons en même temps !  En 1865 le pont, qui est de conception « suspendue », est endommagé par des tempêtes. 4 ans plus tard il est décidé de reconstruire le pont qui appartient désormais au Département. En 1925 le pont sera renforcé car les premières voitures apparaissent. En 1965 la chaussée sera renforcée mais le poids des véhicules à passer limité à 4 tonnes ! Encore aujourd’hui quand un piéton marche sur le pont, on le sent bouger, alors quand c’est un joggeur.. vous imaginez comme ça devait être impressionnant quand un véhicule, un seul, passait dessus.. D’ailleurs dès 1969, la départementale passe par le pont Joseph le Brix.

 

En 2003 il est interdit à toute circulation, même piétonne. Monument historique depuis 1997 il est reconstruit en 2005. Il n’y en a, parait-il,  qu’un autre comme celui-là en France.

le vieux pont, bono, 10 oct 18, 18h52.jpg

la Roche aux Fées, Essé, 10 mars 19

Difficile d’habiter en Ille-et-Vilaine sans aller voir « l’allée couverte » (à moins qu’il ne faille parler plutôt de Dolmen ?) à Essé, dite de la « Roche-aux-Fées ». J’aurais attendu quand même quelques années. Beaucoup plus apprécié la seconde fois que la première. Sans doute car j’ai été déçu la première fois que la seconde, sachant mieux à quoi m’attendre. J’ai, cette fois, été plus attentif aux arbres (qui étaient en feuilles la première fois), notamment cette ancienne et impressionnante cépée de chênes et ce très vieux châtaignier juste devant. Je suis étonné de ne pas apprécier davantage. Peut-être que je préfère les allées couvertes au bord de mer, principalement les Pierres Plates à Locmariaquer. Pourtant les dimensions de la Roche aux Fées sont imposantes.

la Roche aux fées, 10 mars 19, 17h05.jpg

la Roche aux fées, 10 mars 19, 17h06.jpg

la Roche aux fées, 10 mars 19, 17h07.jpg

 

la Roche aux fées, 10 mars 19, 17h24.jpg

la Roche aux fées, 10 mars 19

 

la Glacière, Port de Keroman, Lorient, 10 déc.09, 23h03

Mis en service en 1920, appelée aussi « le frigorifique », la glacière est l’une des premières infrastructures du port de Keroman construite à la sortie de la première guerre mondiale. A cette époque c’était même le principal bâtiment, celui qui se voyait de loin, puisque l’immense base des sous-marin (« base sous-marine » comme on l’appelle dans le pays) n’a été construite que pendant la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle (en 43) la glacière sera d’ailleurs endommagée.

Elle fonctionnait 24h/24 et 7j/7.

En 1985 elle cesse de produire des pains de glace car les bateaux s’équipent de systèmes embarqués.

Elle a commencé à être détruite en février 2017.

 

La jetée, la Sainte-Jeanne.., Erquy, 6 févr.19, début d’après-midi

Céréales, sel, sable, graviers, charbon, bétail, oignons, pommes à cidre, phosphate, pétrole, coaltar, fagots, poteaux, ferraille, coke, chaux, minerai de fer.. mais surtout beaucoup de pavés et dalles de grès rose, voilà ce que des hommes chargeaient des heures durant dans la Sainte Jeanne, caboteur de 1912 et aussi « tosse-mer » et « sloop de bornage » , construit pour Louis-Alexandre Duclos, cap-hornier, par François Lemarchand, au chantier de La Landriais sur la Rance. La  Sainte-Jeanne avait fait naufrage dans les atterrages de Paimpol en 1937 suite à une panne du moteur installé l’année d’avant (un premier moteur avait été installé 2 ans plus tôt : problème de conception ?). « Pris dans une furie de nordé, Alexandre et son matelot n’eurent point le temps d’établir la voilure. Le bateau fut perdu sans perte de vie… ». Bref, s’il n’y avait pas eu de moteur, les marins auraient manœuvré à la voile et ça ne serait pas arrivé. En tous cas pas comme ça ce jour-là.

Celle que l’on voit sur la photo en est donc sa réplique, construite entre 1992 et 1994. Elle a été construite à partir des plans, prêtés par Jean Le Bot, d’un bateau similaire, le Louis Marie, avec les conseils de Louis Duclos (« Lolo »),  fils du propriétaire-capitaine et mousse sur l’original, Pierre-Jacques Dagorne (pour les finances) Maryse Laurent (architecte navale), le charpentier de marine trégorrois Yvon Clocher et Serge Riou et de nombreux autres bénévoles. Pendant près de 30 ans le Président de l’Association, qui a eu l’idée de ce projet et l’a porté, a été Roland Blouin (le Président actuel est Jean-François Samit, le vice-président Christian Jouët, la trésorière Danielle Minaultt..). La construction du navire a coûté environ 2,5 millions de francs (près de 400 000 €). Dirigée par Georges Catros, la mairie d’Erquy avait accordé une subvention de 150 000 F (à peine 1% du budget..).

 

La Sainte-Jeanne a reçu un carénage en février 2018 au port du Légué de St Brieuc.

la sainte jeanne,  Erquy, 6 févr 19, 13h57.jpg

Cette photo ne dit pas grand chose si on ne connait pas l’histoire de la réplique de la Sainte-Jeanne. En juillet 2001 le bateau a échoué sur les rochers en face – la Pointe de la H(o)ussaye – avec des enfants à bord. Pas de victime mais 17 millions de francs (2,5 millions d’€ !) pour le déséchouer et 41 millions pour le reconstruire (ces chiffres, tirés d’un article de OF,  me paraissent hallucinants), le tout pris en charge par l’assurance.

la sainte jeanne,  Erquy, 6 févr 19, 13h56.jpg

La Sainte-Jeanne semble se cacher – elle ne veut pas les voir – des rochers sur lesquelles elle a échoué en 2001..

Port d'Erquy, 6 févr 19, 13h56.jpg

Port d'Erquy, 6 févr 19, 14h49.jpg

un dimanche matin d’hiver dans le quartier Hoche/St Melaine, Rennes, 16 déc.18

rue de la palestine, rennes, 16 déc.18, 11h38 (1 sur 1).jpg

rue de la borderie, rennes, 16 déc.18, 11h14 (1 sur 1).jpgCette image demande une explication. Ce n’est pas la photo d’une voiture urbaine, moderne et bleue. Ou pas seulement. De la mousse à raser, bleue aussi, se trouve sur le rebord de cette fenêtre aux volets à moitié ouverts. Et alors ? La rue de la Borderie relie le « XVIè arrondissement » de Rennes – le quartier chic aux hôtels particuliers (certes aujourd’hui assez souvent divisés an appartements, chics aussi) – à l’une des entrées du Centre, à savoir la place Hoche. Or il se trouve qu’il a été décidé que des mineurs étrangers isolés sans papiers seraient retenus dans un « centre de rétention » et que celui-ci – une ancienne gendarmerie – a été situé là, au milieu du quartier chic de Rennes, en plein centre de la ville, d’où les barreaux aux fenêtres, car ce lieu est finalement un centre de détention et que certains mineurs étrangers sont, selon les dires d’une passante bourgeoise qui s’est fait un plaisir – ou un devoir ? – de nous expliquer cela, sans qu’on demande quoi que ce soit, sont « turbulents » voire « délinquants » et ont joué à répandre de la mousse à raser.. bleue.rue de la borderie, rennes, 16 déc.18, 11h10 (1 sur 1).jpg
Un peu plus bas – car elle descend légèrement – de la rue de la Borderie..
place hoche, rennes, 16 déc.18, 10h54 (1 sur 1).jpg
Sapin-cochon. Vous ne trouvez pas ?

place ste melaine, rennes, 16 déc.18, 10h40-12 (1 sur 1).jpg