Côte de granit rose, été 2015

A l’été 2015, j’ai eu la chance de pouvoir être une dizaine de jours tout en haut au nord de cette petite excroissance de la côte nord de Bretagne qu’on appelle le Trégor, du côté de Trégastel et de Ploumanach et qui est assurément l’un des plus beaux coins de Bretagne.  J’avais fait une sorte de brochure – texte/images – paréidolique  (quand on voit des formes dans les nuages, les troncs d’arbres, les rochers..), ce qui n’est pas  original, je le concède,  car là-bas c’est un festival de têtes, de personnages ou d’objets dans les rochers. Or cette « brochure », que j’avais imprimé sur papier,  je ne la retrouve pas dans les méandres obscures de mon ordi.

ploumanach, 8 août 15, 18h12.jpgÎle Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h23.jpg

Sur l’Île Renote – qui n’en est d’ailleurs pas (plus ?) une – à Trégastel. J’imagine comment j’aurais adoré, enfant, me perdre dans ces dédales escarpés.. Je vous laisse voir la gueule du cachalot, la tête de Voldemort, celle du vieux triste au nez pointu,  de la Grande Oie endormie et du canard au bec coupé…

Île Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h26.jpgIci on touche au sublime, en termes d’équilibre, d’art éphémère-au-long-terme et de métaphore animale aquatique..

Île Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h27.jpgÎle Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h49.jpgÎle Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h52.jpgTregastel, 18 août 15, 18h06 Tregastel, 18 août 15, 18h014.jpg Tregastel, 19 août 15, 14h49.jpg Trebeurden, 19 août 15, 14h52.jpg

 Trebeurden, 19 août 15, 14h56.jpg Trebeurden, 19 août 15, 15h12.jpg

 Trebeurden, 19 août 15, 15h22.jpgComment ne pas avoir envie de devenir sculpteur de granit quand on nait là-bas ? A défaut on peut se faire embaucher par les quelques carrières qui y subsistent mais ce n’est pas pareil de débiter des plaques qui seront poncées, polies pour devenir des pierres tombales. Autant le granit sculpté est magnifique, autant quand il est poli, rendu lisse et brillant je le trouve moche.

 

Une après-midi d’hiver autour de St Malo, 22 janv.17

J’ai enfin trouvé le moyen de récupérer les premières images que j’avais faites avec mon nouveau matériel il y a presque 2 ans. C’était un nouveau départ et j’étais plein d’espoir quant à la qualité des images que je pourrais alors faire mais jusqu’à aujourd’hui je n’avais pas trouvé le moyen de pouvoir les mettre sur mon blog, les ayant enregistrées je ne sais comment ni où dans lightroom que je découvrais en même temps…

 

15h14, depuis St Servan, au fond le barrage de la Rance et à droite le rocher de Bizeux et la statue de la Vierge.

IMG_8139 (2)

IMG_8141 (4).JPG

la Chaussée des Géants aux Sables d’Or, 6 févr.19

Il m’a été assez rare de me retrouver dans un lieu où je n’avais jamais été mais qui me disait cependant étrangement quelque chose. Cela m’est arrivé à la base de l’îlot St Michel à Sable-d’or-les-Pins quand je me retrouvai devant ces rochers dans une brume salée d’embruns..

 

.. recouverts de vert presque jaune, ces degrés comme des marches que l’on peut gravir..

houses of the holly, 6 fevr 19, 16h22

.. me rappelaient quelque chose, une autre réalité qui n’en était peut-être pas tout à fait une.. j’eus alors conscience d’une brumeuse réminiscence que je soupçonnai être culturelle..

houses of the holly, 6 fevr 19, 12h47.jpg

Cela ne vous rappelle rien ?

houses of the holly, 6 fevr 19, 12h47-08.jpg

Imaginez des enfants nus (je sais ça ne se fait plus) à la peau blanche et aux cheveux longs jaune pâle..

Réfléchissez avant de scroller plus bas..

Imagem: divulgação

La pochette du disque de Led Zeppelin « Houses of the Holly » (Maisons du Sacré), une photo colorisée prise sur la Chaussée des Géants en Irlande (donc pas si loin) au bout d’une longue semaine de pluie et dans le froid (probablement à l’hiver 1972) avec 2 enfants, un garçon et une fille, frère et soeur.. Eh oui, Led Zep aurait pu faire ses photos de pochette aux Sables d’Or.. !

Pas à pas, îlot St Michel, Sables-d’Or-les-Pins, 6 févr.19 (entre 11h30 et 13h08)

Jean-Louis notre hôte nous avait suggéré le Cap d’Erquy mais la hâte de revoir au plus tôt la mer trop brièvement contemplée la veille au soir nous fit aller presque au plus près et nous atterrîmes sur la plage St Michel devant laquelle se dresse une miniature du célébrissime Mont.

Nous étions seuls avec ce lieu.

Rarement vu autant de galets amassés. Une ruse de la plage, complice de la mer, pour décourager de marquer de nos pas le vierge de ses sables ?

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 11h30

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 11h29

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 11h34

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 11h36-49

Une légère brume d’embruns caressait l’îlot encore inaccessible mais nous savions que la mer descendait..

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 11h42

.. et que la chaussée de pierre serait bientôt pour nos pas.

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 11h54

La seule personne croisée fut un pêcheur – pauvre sûrement (avec son panier vide et son pique comme celui de l’Archange Michel) mais bien habillé – qui s’inquiéta de savoir si je n’avais pas vu « quelqu’un là-bas sur le rocher ». Je lui dis que c’était un homme qui, n’arrivant pas à se redresser et à se mettre debout sur les eaux,se laissait porter par les vagues sur sa planche de surf  au-delà des rochers et qu’il ne m’avait ni semblé épuisé ni en danger. Brave homme de la côte qui s’inquiétait de son prochain.

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 13h07.jpg

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 13h08

Aller jusqu’à l’îlot n’est pas vraiment une partie de plaisir : des cailloux, des cailloux plus ou moins pointus et instables pour nos semelles et nos chevilles. Presque un chemin de croix, en tous cas de patience. Un court pèlerinage en quelque sorte. Grimper enfin sur l’îlot par les degrés naturels de rochers plus ou moins glissants demande prudence et attention (je suis plus prudent depuis ma Chute). La chapelle se mérite. L’archange nous regarde, si ce n’est nous protège. En tous cas l’Ailé qui est au sommet du clocheton avec sa lance. L’Ailé est notre allié, notre but. On y croit ! Fi du découragement et de la fringale à cette heure méridienne !

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 12h18

On a enfin atteint son but et on se demande si la chapelle dénature le lieu ou si elle le magnifie. Au sens strict elle le dénature puisqu’elle est objet culturel et même cultuel. Comme elle a de nombreux amis, de visites, elle fait beaucoup plus jeune que son âge (elle a été construite en 1881). Des gens lui écrivent des petits mots de remerciements, de piété, d’hommages, sur des coquilles de St Jacques (décidément) qu’ils clouent sur des bois ou accrochent à une corde sur le flanc de la chapelle et que les vents décrochent et éparpillent tout autour, les transformant en messages en bouteilles sans bouteille.

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 12h29

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 12h44

Derrière l’îlot quand on vient de la terre une grande pierre grise est entourée de galets diablotins de grès rose. Une météorite ? Elle semble endormie et inoffensive, bien polie même, mais elle est fort présente, dans une large brèche qui semble vouloir ouvrir l’îlot en deux et offre aux vagues un boulevard vers le socle de la construction divine. Chaque colère de la mer ronge inexorablement la petite île rocheuse de la chapelle : le Malin, qui est depuis fort longtemps à sa vengeance. D’avoir été noyé dans les eaux par le coup de pied de l’Archange lui est resté en travers et la mer que le bon Archange avait utilisée pour noyer le Démon et ses diablotins, s’est depuis retournée et travaille à chaque marée, à chaque tempête, aidée par tous les vents de l’Enfer, à sa vengeance. Le Diable est un archange patient lui aussi. St Michel ne le voit pas puisqu’il tourne le dos. Vous ne verrez pas non plus cette pierre : on ne prend impunément l’image du Malin. Malgré les apparences tranquilles, voire sereines, de l’endroit, le combat du Mal contre le Bien y a bien lieu, sous nos yeux si l’on sait regarder et voir l’envers des choses.

ilot st michel, erquy,, 6 fevrie 19, 11h40

Image

Pointe de Pen Hir & Les Tas de Pois, 30 déc.2012, 16h16/30

Pointe de Pen Hir,30 déc12 (1 sur 1).jpg

les tas de pois,30 déc12 (1 sur 1).jpg

Ils ont chacun un nom : le grand à gauche est le Grand, 64 m d’altitude quand même (il y en a un plus à gauche qui est nommé le tas de pois de terre). Au milieu le Dentelé (derrière lequel se trouve un rocher nommé la Fourche) et à droite le tas de pois de l’Ouest. En breton ça donne Pen Glas (la pointe bleu vert), Chelot et Bern Id.

La Conchée, 31 juil.2016, 14h38/51

Il fait beau. Il y a du vent. C’est l’été. Les voiliers sont de sortie et laissent à bâbord le Fort de la Conchée. A l’horizon le Cap Fréhel et ses 70 m de haut. Le Fort de la Conchée est l’un des forts construits sous la direction de… Vauban, bien sûr, pour défendre St Malo des Anglais qui en avaient assez des corsaires qui attaquaient et volaient leurs navires de commerce…

IMG_0712 bis.jpg

IMG_0706 bis (2)

la Conchée, Cézembre, 1 nov10 (1 sur 1).jpg
1er nov.2010, 14h36, la Conchée, Cézembre et le Grand Jardin vus de l’ïle Besnard.

le pêcheur à l'Île Besnard, 1 nov10 (1 sur 1).jpg

Gueules de Roc, les fureurs de l’Océan, Presqu’île de Crozon, 30 déc.2012, 12h26

 ouest de rascanvel,30 déc12 (1 sur 1).jpg
Vers le fort de la Fraternité.  Je suis désolé pour ceux qui ne voient pas ces roches comme des têtes, des gueules de roc de créatures, pointes avancées de géants minéraux, chefs, au sens de tête,  de ce qu’on nomme la Terre. Ici, dans le Finistère, le Bout du Monde (Pen ar bed, la « tête du Monde »), ce ne sont pas les mêmes Titans antédiluviens que ceux qui résistent encore un peu à la probablement plus douce Manche, les créatures roses, orange, plus lisses, arrondies (plus anciennes ?), de Trégastel et du Gouffre de Plougrescan. Ici, les êtres de roches, à la peau de lichens et d’herbes rases, sont jaunes et marron, beaucoup plus ridées, beaucoup plus plissées, creusées de sillons raboteux et terribles. C’est qu’ils affrontent les fureurs de l’Océan et non de la Mer !