Mauvaise Passe, Fécamp, 22 déc.19

Alors voilà : l’entrée du port de Fécamp est, comme à St Valéry-sur-Caux et au Tréport, étroite : 70 m de large, ce qui interdit toute erreur dans l’attaque et le choix du moment de la marée. De plus une barre se forme parfois devant.. Elle est par contre idéale pour les piétons car les solides jetées en dur (pierres taillées, béton..) sont complétées par de belles estacades en bois, comme au Tréport, ce qui multiplie les points de vue, mais j’avais 3 raisons de ne pas les emprunter ce jour-là : interdiction signalée d’y aller et n’étant pas du coin j’ignorais quel était au juste le danger (marée montante ? projection de galets qui jonchaient par endroits la jetée ?), obligation de choisir un point de vue par manque de temps, pas envie de prendre le risque qu’une vague plus haute me trempe, ni moi ni mon matériel non étanche.

Des personnes, peut-être du coin, n’avaient pas mes réticenses..

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h11.jpg

Les 2 feux ont été construits en béton et en 1952. Le feu tribord ou sud (vert) fait 10 m de haut, le bâbord ou nord (rouge), 14 m.  Avant la seconde guerre mondiale, il y avait là 2 phares ronds, bâtis en pierres taillées, plus beaux, selon moi (très proches par l’aspect des phares actuels de St Valéry-en-Caux et du Tréport) mais ils ont été détruits, comme la plupart des phares,  par l’armée allemande en août 44 juste avant l’arrivée des alliés. Les conséquences d’une guerre telle que celle-là sur les lieux a été énorme..

Résultat de recherche d'images pour "phares de fécamp"

Un beau phare a été à une époque semble-t-il envisagé sur la Pointe du Fagnet – le nom de la jetée au pied du Cap Fagnet –  en 1836 et aurait ressemblé, en plus étroit, à celui de Carteret, dans le Cotentin :

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h12-15.jpg

Pendant ce court séjour en Normandie, j’ai été frappé par l’importance des groupes d’oiseaux qui m’ont paru beaucoup plus nombreux qu’en Bretagne (en tous cas qu’en Morbihan). On en distingue un ci-dessous.

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h12-15 (zoom).jpg

Ce que j’espérais commençait à se produire : le soleil passait sous les nuages et sa lumière orangée commençait à éclairer les pierres sur un fond de ciel sombre..

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h13-22.jpg

Je suppose qu’on a construit ces jetées s’avançant dans la mer et formant un chenal étroit pour être sûr d’avoir toujours suffisamment de hauteur d’eau dans la passe alimentée aussi par la rivière (ou plutôt fleuve) joliment nommée la Valmont.

Fécamp, les phares, 22 déc 19, 17h14.jpg

La chance du débutant serait-elle assez généreuse pour offrir, dans cette atmosphère humide éclairée par des rayons puissants,  un arc-en-ciel au nord ?

Fécamp, les phares, 22 déc 19, 17h22.jpg

Oui !! Et, tant qu’à offrir, pas 1 mais 2 arcs-en-ciel !

Fécamp, les phares, 22 déc 19, 17h24.jpg

A partir de ce moment ce ne fût que pur bonheur de photographe.. qui a bien du mal à choisir parmi ces images faites en une dizaine de minutes..

Fécamp, les phares, 22 déc 19, 17h24-13.jpg

Fécamp, les phares, 22 déc 19, 17h24-58.jpg

Fécamp, les phares, 22 déc 19, 17h26.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h28-30.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h30-36.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h30-41.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h30-48.jpg

La photo est par définition incapable de restituer le bruit sourd, le grondement racleux créé par les puissantes et roulantes vagues charriant des tonnes de galets qu’elles amassent contre la jetée sud en un tas plus haut que le parapet..

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h31-45.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h31-51.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h32-20.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h32-28.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h32-58.jpg

Fécamp, l'entrée du port, 22 déc 19, 17h33-50.jpg

 

 

 

 

 

 

 

En cale sèche.., port des Sablons, St Servan, dimanche 22 janvier 17

C’est dimanche, un beau dimanche après-midi ensoleillé d’hiver, on ne sait pas trop quoi faire de soi après le déjeuner bon mais sans plus alors on sort marcher un peu prendre le soleil et jeter un œil en espérant à peine – on l’a si souvent fait –  voir quelque chose d’inhabituel, d’intéressant et encore moins d’insolite.. La jetée est toujours aussi moche, faite de béton, de poutres d’acier rouillées et de blocs de pierre que des lichens jaunes d’or tentent d’embellir, plus « vite faite » – avec des engins et peu d’hommes – qu’une digue maçonnée de granit telle celle des Veuves Noires de l’autre côté, dont l’esthétique est sans commune mesure avec ces structures « modernes », où l’on sentirait, si seulement on y allait,  la tiédeur du soleil sur les pierres taillées sur lesquelles glisserait notre œil.. C’est mieux de l’autre côté mais voilà, on habite de ce côté-ci du chenal.

IMG_8192.JPGMême pas de quoi pêcher : les poissons avec leurs gros yeux ronds ne fréquentent que les beaux lieux, de l’autre côté du chenal – encore une fois – où les pêcheurs les retrouvent.

IMG_8195 (3).JPGOn rêvasse à peine, on se remémore difficilement des moments du passé. On ne trouve pas grand chose à dire à la personne qui nous accompagne. De toutes façons on ne trouve pas grand chose à se dire à soi-même..

IMG_8211 (2).JPGOn n’a personne à saluer vu qu’on ne connait plus personne ici car on est revenu au pays-de-son-enfance-qui-a-tellement-changé-en-50 ans pour passer sa retraite puis sa vieillesse au soleil et dans le bon air iodé marin, bref pour y attendre – quoi ? – dans de bonnes conditions climatiques.

La longue vue, qui permettait de se revoir sur la passerelle d’un bateau de la Marine Marchande ou de se croire, pourquoi pas, 1 minute (1 €) corsaire guettant l’Anglais à l’horizon, a été démontée et les bouées de sauvetage sont là pour les distraits – ce qu’on n’est pas – les imprudents – ce qu’on n’est plus – ou les désespérés , ce qu’on n’est pas, encore ?

IMG_8213 (2).JPG

C’est dimanche, on s’est donné un boulot tranquille – on prend le temps de discuter avec des collègues qui font comme nous- autour des bateaux sur le terre-plein du port. Ce soir, la fin de ce week-end d’hiver au soleil. Vers 18h la petite dépression d’avant le retour au travail. Ça ne dure pas longtemps, une demi-heure, mais on sait qu’elle sera là, entre la baisse brutale et importante du baromètre de notre moral et un vague-à-l’âme incertain, oscillant entre un sentiment de frustration de liberté de ce qu’on pourrait faire si seulement.. et l’esquisse de regrets de ce qu’on n’a pas fait..

En attendant tout ça on peut toujours repasser un pinceau sur le nom de ce vent libre, violent et impétueux – mais pas d’ici –  sur le flanc arrière de notre bateau en cale sèche..

IMG_8216 (2).JPG

IMG_8220 (2).JPG

IMG_8218 (2).JPG

 

Embouchure du Gouët, St Brieuc, 5 févr.19, 16h25

Le Gouët est le cours d’eau qui passe au nord de St Brieuc et a permis de construire le port du Légué.  Le nom Gouët viendrait du breton « gwed », sang . Il désignerait la couleur de la rivière en 937 à la suite du massacre des Viking (qui occupaient divers lieux de l’ouest depuis le VIIIè s) de Péran (en arrière de St Brieuc) par l’armée bretonne et reconquérante d’Alain Barbetorte, qui en avait déjà massacré à Dol..Depuis de l’eau a coulé dans les 2 sens et le Gouët était plutôt gris ce jour-là.estuaire du Gouët, St Brieuc, 5 févr 19, 16h25 (1 sur 1).jpg

 

embouchure du Gouët, St Brieuc, 5 févr 19, 16h26 (1 sur 1).jpgOn distingue à peine au large ( à presque 15 kms..) la balise du petit Bignon et des ilots du plateau des Jaunes, au large de Pléneuf-Val-André.embouchure du Gouët, St Brieuc, 5 févr 19, 16h31 (1 sur 1).jpg

Premiers rayons sur mon pays, Riantec, 21 oct.18

Les Salles, le petit port de Riantec, 8h06.

bernaches cravant devant l'île aux pins,, Riantec,, 21 oct 18, 8h00 (1 sur 1).jpgBernaches, cygnes, cormorans, aigrettes.. devant l’Île aux Pins (Riantec) dans la petite mer de Gâvres, 8h.

bernaches cravant, Riantec,, 21 oct 18, 8h00 (1 sur 1).jpg

les Salles, Riantec,, 21 oct 18, 8h04 (1 sur 1).jpgles Salles, avec un drôle de bateau et, à 5 kms, le clocher de l’église de Locmiquélic. Je ne sais si ce bateau bouge car il semble être surtout un logis flottant « fait maison ». Il s’appele Baobab.

 Riantec,, 21 oct 18 (1 sur 1).jpgl’église Ste Radegonde avec, dans l’axe de son clocher 3 kms derrière, le château d’eau du quartier de la Russie. Elle a été construite dans les années 20 à la place de la première église qui était plus petite, au clocher moins haut et plus arrondi, clocher dont la charpente brûla le 23 janvier 1917. Il fut décidé de détruire cette première église et d’en construire une beaucoup plus vaste (60 x 20 m)

phare de kerbel, Riantec, 21 oct 18 (1 sur 1)le phare de Kerbel – l’un des rares phares bretons transformé en chambre d’hôtes – et les immeubles de Lorient à près de 10 kms..

phare de kerbel, 21 oct 18, 8h45 (1 sur 1).jpg

kernerl, Riantec, 21 oct 18, 8h07 (1 sur 1).jpg

les 3 cyprès, 21 oct 18 (1 sur 1)les 3 cyprès de l’île de Kerner

kernerl, Riantec, 21 oct 18, 8h12 (1 sur 1).jpgl’unique chantier ostréicole de Riantec, au bout de l’île (reliée au bourg par une digue).

 

Locmariaquer Port-de-pêche, oct.17

Ce titre je l’explique, une fois n’est pas coutume. Locmariaquer a ces ruelles étroites typiques des « villages de pêcheurs »,  modestes voire pauvres, qui  s’installaient sur de petites parcelles et construisaient de petites maisons, l’essentiel étant la vaste mer qui leur permettait de gagner leur pain. Au fil du temps la  pêche côtière a pris des ris, elle s’est réduite. J’ai toujours vu dans le port des plates à huîtres et des embarcations de loisirs, principalement des dériveurs type Guépards, Vauriens et Gazelles qui me semblent plus nombreuses et en meilleur état aujourd’hui que dans les années 70, mouvement d’intérêt pour les vieux gréements oblige. Les vedettes de transport de passagers (à l’instar du « Passeur des Îles ») sont aussi de plus en plus nombreuses. Pas étonnant puisqu’il y a de plus en plus de touristes.  Depuis plusieurs années, je me demande si la commune, aidée de quelques autres institutions plus larges, n’a pas reçu des aides pour – et choisi de – aider la pêche car j’ai remarqué (ils ont peut-être toujours existé) plusieurs petits bateaux pour la pêche aux casiers et à la ligne qui arpentent la côte. Revenons au titre : il fait référence, puisque j’ai quelques références (ceci dit en totale modestie), au texte de Blaise Cendrars, co-sujet de mon mémoire de maîtrise de lettres modernes, « Paris Port-de-Mer ».
Pour l’instant, j’identifie 4 petits bateaux de pêche. J’ai photographié en action Esteban et la Bohême.

IMG_6717.JPG

Esteban, Marina II et Tog Ru (le Chapeau de rue ?)

IMG_7085.JPG

la Bohême, 2 nov, 13h41

Honfleur, 2 mars 2011, 10h50, 11h14/27

IMG_3129 (2).jpg

IMG_3139 (2).jpg

A gauche le Félix (1963), cotre norvégien (10 m).

IMG_3135 (2).jpg

A gauche Rose de Savannah, goélette construite en 1998 de 13 m. A droite la goélette aurique de 15 m « Shpountz » Adventura construite en 1987 par les chantiers Macosa à Bonnetable dans la Sarthe sur les plans de Daniel Bombigher

IMG_3134 (3).jpg

img_3140-ter-2

L’avant-port de Honfleur avec son vieux phare et au loin à gauche au bord de la Seine la tour radar qui surveille du haut de ses 35 m la navigation.

img_3140-bis-2