Conflit de Générations, Montpellier, 8 oct.2016

IMG_1916 bis françois andré vincent, st jérome ds le désert écoutant la trompette du jugement dernier.jpg
Ce vieux retraité, prénommé Jérôme, pas frileux et impudique (il a connu la libération sexuelle des années 1960/70) s’est plaint de la musique chez son jeune voisin du dessus qui le déconcentre alors qu’il écrit ses mémoires en compagnie de son gros chat après avoir mangé une tête de veau. En réponse à sa plainte le jeune descend, lui souffle dans les oreilles une stridence de son cuivre pour lui signifier son intention de ne pas répondre positivement à sa plainte, ce qu’on peut résumer ainsi :  » zy va le vioc ! ». François-André Vincent (1746 – 1816, Paris -Paris) a été l’élève de son père qui était miniaturiste, alors que lui n’a peint que des grands formats, ce qui veut dire qu’il a voulu dépasser son père. Il était aussi royaliste, ce qui révèle un rapport contrarié au Père : remplacement du père biologique par un Père symbolique, mais un Père absolu qu’on respecte entièrement, évitant de respecter ainsi le père biologique. Il a peint ce tableau avant 1777, c’est-à-dire avant ses 30 ans. Il l’a titré  » Saint-Jérôme dans le désert écoutant la trompette du Jugement Dernier », mais il n’en est rien bien évidemment… C’est facile la psychanalyse pour tous ! Retrouvez-moi au café du Commerce…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s