Pirates dans la baie de la digue (Toul Keun), Locmariaquer, 2 août 18

Article évoqué, article rédigé. Des pirates ont été signalés dans la région. J’en ai vu, dans la baie de la digue au Brennegi. Ils m’ont semblé assez pacifiques et ils n’étaient que 2, dont 1 pas très grand. Mais attention : petit pirate deviendra grand !

un bateau de pirates dans la baie de la digu, 2 août 18, 8h12 (1 sur 1)

un bateau de pirates dans la baie de la digu, 2 août 18, 8h19 (1 sur 1)

un bateau de pirates dans la baie de la digue, 2 août 18, 8h19.32 (1 sur 1)

un bateau de pirates dans la baie de la digue, 2 août 18, 8h21 (1 sur 1)

le « manoir rouge », le Breneguy, Locmariaquer, 7 mai 2011, 16h04/17h14

Sur un site internet quelconque, elle est appelée « la maison rose ». Sûrement une confusion, un truc écrit par un(e) touriste, quelqu’un de passage, qui a confondu le manoir de Toul Keun, de Brenegi, du Brénéguy, quelqu’un qui ne connait pas et qui a vu, lu, quelque part qu’une « maison rose » était l’un des symboles..  du Golfe. Or nous ne sommes pas dans le Golfe et, comme on le voit, les murs sont plutôt orange lichen…
Mon appellation est tout autant subjective.. Une Américaine (qui a écrit un livre étrange fait de bric et de broc mais pas inintéressant) dit que son mari l’appelle « la maison de Jane Eyre ». Peu importe ! Au Brénéguy, où il n’y a que 4 maisons, ont été construites : une petite maison années 50/60, à 15 m de la mer, une autre plus ancienne et rénovée (tout aussi proche de la plage ) et une longère dont mon oncle me disait qu’elle était la propriété de la Comtesse Motta – les glaces – et qui appartiendrait à une famille de la Motte…

Le manoir rouge, 7 mai 11 (1 sur 1).jpg

Le manoir rouge 2, 7 mai 11 (1 sur 1).jpg

Le manoir rouge 3, 7 mai 11 (1 sur 1).jpg

En tous cas pour moi, qui suis aussi un oiseau de passage ( mais un migrateur qui passe plusieurs fois dans l’année, depuis son enfance, plus de 50 ans), c’est « le »manoir du coin, de ce coin qui m’est cher.
C’est une demeure étrange : sa façade est plein nord, face à l’eau (à marée haute) et à la vase (marée basse).
Et sa façade sud, vers le un peu plus lointain océan, est protégée, certes, des tempêtes d’ouest mais aussi des bienfaisants rayons du soleil-bienvenu-en-mars- même-s’ils-feraient-bien- de-faiblir-un-peu-en juin (les rayons). Orientation sans doute conduite par la nécessité (à ne pas confondre avec la cécité) et l’envie de voir la petite baie et les parcs, ainsi que de se protéger des soleils d’été et ainsi on a planté de… petits… cyprès (qui sont aujourd’hui 2 fois plus hauts que le haut du toit)