la Cancalaise à son aise dans la Baie, 23 sept.2020, 15h/16h

Après sa pause déjeuner au port de la Houle la Cancalaise a appareillé. Vue du sentier côtier elle semble poser près des lieux emblématiques du coin : l’île des Rimains, l’île le Châtellier et le fameux Rocher de Cancale, de surfaces modestes mais culminant à près de 40 m, ce qui en fait un décor spectaculaire et photogénique.

Même si la bisquine n’a pas hissé ses 3 étages de voiles ( réservés aux parades et régates), c’est un bonheur de la voir ainsi sur les lieux où elle a été construite en 1987 et où tant d’autres bisquines ( des dizaines, selon des photos autour de 1900) ont dragué les coquilles St Jacques et les huîtres pendant des décennies.

( derrière le Châtellier et le Rocher)
Apparemment les bisquines ( de Cancale et de Granville, de l’autre côté de la Baie du Mont St-Michel, mais originaires du pays Basque) auraient été de plus en plus toilées pour plusieurs raisons : aller rapidement sur les sites de pêche, avoir une force motrice suffisante pour tirer les dragues à coquilles et à huîtres sur les fonds dans les forts courants de la Baie, revenir le plus vite possible aux ports pour être les 1ers à vendre lors de ces pêches brièvement autorisées et remporter les régates occasionnelles entre granvillais et cancalais..
Naviguant vraisemblablement seulement à la voile, le 3 mâts ( mais on pourrait dire « 5 mâts » vu la taille du bout-dehors à l’avant et du tape-cul à l’arrière) est obligé de manœuvrer par ce léger vent d’ouest, de tirer des bords pour s’éloigner du port et passer derrière le Rocher et l’îlot le Châtellier
Puis il vire à bâbord pour passer entre le Châtellier et l’île des Rimains
l’île des Rimains (cf un précédent article sur ce site) est toujours privée : achetée et aménagée par le fils du « boulanger » Poilane elle fut rachetée en 2012 (10 ans après le crash d’hélicoptère où les époux ont péri) par Pierre Kociusko-Morizet (cofondateur de Price Minister et frère de « NKM »)
.. la Cancalaise et le Mont Dol..
.. le Mt St Michel..
.. Tombelaine..
En trois quarts d’heure, la Cancalaise atteint, par petit vent, le phare de Herpin.

le(s) rocher(s) de Cancale, 20 nov.17

les rochers de Cancale au Vauléraut, 20 nov 17, 14h0714h07. Les rochers, à la Pointe – la bien nommée –  des Roches Noires.
IMG_7316
13h52. Le fameux Rocher de Cancale – qui était un gravier dans une des chaussures de Gargantua – qui semble plus haut que ses 23 m d’altitude, paraît être la proue d’une seule île,  mais il est séparé de l’île des Rimains (celle du Fort Vauban qui fut construit en 1788 après un combat entre 5 frégates anglaises et 3 frégates françaises)) et même de celle du Châtelier (qui culmine à 29 m) lors des plus grandes marées hautes. A Cancale on l’appelle « le rocher parlant ».  Une légende parle d’une grotte abritant un ermite.. Il vaut mieux, dit-on,  demander à un(e) Cancalais(e) de nous conter l’histoire..

En route (de mer), Le Vivier-sur-Mer, 25 juin 17

Nous arrivons au port du Vivier-sur-Mer – qui a un nom assez particulier – vers 9h30. Nous sommes dimanche. C’est le jour de la grande marée de ce mois (plus de 103). La mer était annoncée haute à 8h49 là-bas en face au loin pas si loin, à Cancale. Donc elle descend depuis 3 bons quart d’heure. D’ailleurs, pour les néophytes que nous sommes à cet endroit, elle nous paraît déjà assez basse. On voit bien dans les herbus près du port qu’elle y était il n’y a pas très longtemps mais on la voit déjà relativement à distance ! En fait – on s’en rendra compte assez rapidement – elle descend, elle s’en va, se retire, à une vitesse élevée. On dit que la mer monte dans la baie du Mont St Michel à la vitesse d’un cheval au galop – sûrement non ! – mais elle recule à la vitesse d’une marche à bonne allure… Personne, ou presque : quelques silhouettes apparaissent ici et là. Je remarque un homme dans un petit voilier qui décolle du « quai » (il n’y en a pas en fait, plutôt un parking qui descend doucement vers l’eau), quelques personnes sur une descente de quai, près d’un monstre de bateau amphibie… Nous allons assez vite voir tout ce p’tit monde, mine de rien, s’agiter et quitter le port sur leurs embarcations respectives en empruntant l’étonnant chenal du Guyoult qui fait un « S », ce qui fait qu’on a l’impression, vu du bord, qu’ils reviennent dans leur sillage, comme s’il avait oublié le casse-croûte du dimanche, le tout, sous nos yeux aux aguets,  dans une banalité des attitudes et des gestes de l’habitude du quotidien…
IMG_5115-001.JPG9h44. Faire de la voile, de la planche ou du kite dans ces parages serait faire du slalom… y’a des perches partout.
9h48 ; Mary Vorgan emprunte le chenal.. L’île des Landes, la Roche Herpin et la Fille en fata morgana sur l’horizon…
IMG_5120Mary Vorgan sort tranquille mais sans faiblir, le sémaphore de la Pointe du Grouin est un amer blanc comme une forteresse dans le désert du Sahara, l’île des Rimain et le « rocher de Cancale » – l’île du Châtelier – barrent la mer émeraude..
9h54, un bateau-amphibie – Le Chausey II  –  sort du port et emprunte le chenal.. 20 m de long, 2 moteurs de 300 cv. Construit en 2008, il s’occupe des huîtres au large de Chausey et, 9 ans après sa construction, paraît comme neuf. L’avantage de l’aluminium sur l’acier. « l’annexe » en remorque est pas mal non plus…IMG_5130.JPG

IMG_5131

Il semble revenir sur son sillage : il amorce la deuxième partie du « S ». Pratique pour le photographier sous tous les angles..IMG_5132.JPG
ça y est : en 3 minutes il est sorti du chenal en zig zag et va pouvoir continuer droit dans le chenal sous la mer jusqu’à la zone où la profondeur est toujours suffisante.IMG_5137.JPG

 

 

 

 

Cancale, 11 févr.15, 18h01

IMG_8675 (3).jpg
A droite le fameux Rocher de Cancale, qui n’est vraiment île qu’à marée haute. Au milieu l’île du Châtelier et à gauche l’île des Rimains. Sur celle-ci se trouve un fort Vauban. L’île et le fort furent achetés en 1987 par Lionel Poilâne, fils du boulanger de Paris Pierre-Léon Poilâne, inventeur et promoteur du pain portant son nom. Le jeudi 31 octobre 2002, vers 19h, dans la brume, Lionel Poilâne et son épouse Iréna,  y eurent un accident d’hélicoptère. Seul le corps du boulanger a été retrouvé dans l’hélico. Le fort a été racheté en 2012 par Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur de Price Minister et frère de la femme politique.