L’homme au phare, le phare du Petit Minou, 5 juin 2020

Le phare du Petit Minou, à Plouzané près de Brest,  réunit au moins 3 particularités : celui d’être l’un des phares de Bretagne les plus photographiés ( à toute heure et par tous les temps, notamment du fait de l’allée serpentine qui y conduit et sa facilité d’accès : une route, étroite mais véritable,  y conduit), d’avoir une tour quasiment collée à lui  et (l’autre record) d’avoir un nom énigmatique et ridicule, en français, si l’on ne tient pas compte de l’hypothèse étymologique qui le ferait venir du breton « min » qui signifierait nez, museau (comme le Cap Gris-Nez..)

A force de le voir en photo ma curiosité a été titillée et j’ai eu, moi aussi, envie – l’occasion se présentant – de le voir en vrai,  avec mon appareil photo dans la main.

Une visite rapide – vu que j’étais venu pour toute autre chose – à une heure pas forcément propice (je cherche des excuses) ne m’ont pas empêché d’être séduit par les lieux. C’est vrai que cette entrée du Goulet de la Rade de Brest (moi qui suis plus habitué au goulet du Golfe du Morbihan) a de la gueule : une partie de la fabuleuse (à titre personnel) presqu’île de Crozon en face, l’océan à tribord..

Je me suis aperçu que les photographes, cherchant la photo parfaite, occultaient généralement plusieurs réalités des lieux : le fort Vauban, les blockhaus…

Je propose donc – fidèle à mon modeste esprit de contradiction et dans le souci commercial de me démarquer de la concurrence – aussi quelques vues différentes .

Pour aller au phare, elles (ces images) empruntent notamment le chemin d’un homme qui s’y trouvait avant que nous y arrivions. Un homme sans appareil photo, sans smartphone, bref un homme étrange, qui regardait, simplement, en prenant son temps. Il y avait plusieurs personnes sur place, dont pas mal de photographes.

le petit minou, 5 juin 2020, 17h01

le petit minou, 5 juin 2020, 16h56-38

le petit minou, 5 juin 2020, 16h54-58

le petit minou, 5 juin 2020, 16h47

Image

Pointe de Pen Hir & Les Tas de Pois, 30 déc.2012, 16h16/30

Pointe de Pen Hir,30 déc12 (1 sur 1).jpg

les tas de pois,30 déc12 (1 sur 1).jpg

Ils ont chacun un nom : le grand à gauche est le Grand, 64 m d’altitude quand même (il y en a un plus à gauche qui est nommé le tas de pois de terre). Au milieu le Dentelé (derrière lequel se trouve un rocher nommé la Fourche) et à droite le tas de pois de l’Ouest. En breton ça donne Pen Glas (la pointe bleu vert), Chelot et Bern Id.
Galerie

Coecilian, manoir de St-Pol-Roux, Camaret, 4 janv.2013, 14h56

 img_6710-bis

coecilian 4 janv 13 (1 sur 1)

St-Pol-Roux acheta en 1903 une maison de pêcheur surplombant l’océan, au-dessus de la plage de Pen-Had, sur la route de la Pointe de Pen Hir. Il la transforme en manoir à huit tourelles dont la maison formerait le centre et baptisa la demeure « Manoir du Boultous ». À la mort de son fils Coecilian, tombé en 1914 près de Verdun, il le renommera « Manoir de Coecilian ». Il reçoit de nombreux artistes et écrivains comme Victor Segalen, Max Jacob, André Breton, Céline et même, en 1932, Jean Moulin, alors sous-préfet de Châteaulin. Dans la nuit du 23 au 24 juin 1940, un soldat allemand investit le manoir, tua la gouvernante et blessa grièvement Divine  (la fille de St-Pol-Roux) à la jambe d’une balle de révolver. Il sera souvent dit et écrit que le soldat viola Divine ; elle-même l’attesta par écrit, mais le réfuta par la suite. Saint-Pol-Roux échappe à la mort. Le soldat allemand s’enfuit, effrayé par le chien de la maison, fut arrêté, condamné à mort par un Conseil de guerre et fusillé. Saint-Pol-Roux, qui, blessé lui-même, était hospitalisé à Brest, avait négligé de mettre ses inédits en lieu sûr. Lorsqu’il retourne à Camaret et trouve le manoir livré au pillage et ses manuscrits déchirés, dispersés ou brûlés, il ne se remet pas de ce choc. Transporté le 13 octobre à l’hôpital de Brest, Saint-Pol-Roux « le Magnifique », « mage de Camaret », atteint d’une crise d’urémie, y meurt de chagrin le 18 octobre2. Divine est décédée en 1985. Le manoir de Coecilian fut bombardé en août 1944 par les avions alliés et complètement incendié.
Image

Sémaphore, Cap de la chèvre, Crozon, 1er janv.2013, 17h17

Le Cap de la Chèvre est la pointe la plus au sud de la presqu’île de Crozon. Son nom breton est « beg penn ar roz » : la pointe de la tête rose (ici plutôt orangée au soleil couchant d’hiver). Pourquoi la chèvre ? Car la lande rase y était broutée par une chèvre (ou des chèvres) ? Probablement… En tous cas cette lande, très dégradée dans les années 80 par la visite de beaucoup de gens, a été ensuite protégée et sera sans doute entretenue par des… moutons ! Changera t-il de nom pour devenir le Cap du Mouton ? Cela ajouterait encore de la confusion car un cap de mouton est une pièce de bois sur un voilier traditionnel. Le sémaphore, construit en 1971, est à environ 70 mètres de haut, mais le Cap culmine à près de 100 m.

IMG_6678 bis
Image

Pointe du Toulinguet, Presqu’île de Crozon, 30 déc.2012, 16h43

le tourlinguet,30 déc12 (1 sur 1).jpg

le toulinguet,30 déc12 (1 sur 1).jpg

 La pointe du Toulinguet est la plus avancée, vers l’ouest, de la presqu’île de Crozon. Elle culmine (non visible sur la photo) à près de 50 m, là où Vauban avait bien sûr choisi de faire construire une batterie basse aujourd’hui peu visible et une tour modèle type 1813, similaire à celles visibles à la Pointe des Espagnols.

le toulinguet ,30 déc12 (1 sur 1).jpg

Le phare a été construit en 1848 et 49. Lors de la construction du sémaphore (au 1er plan par rapport au phare), en 1949, un ouvrier est décédé en remontant les galets qui avaient été choisis pour le terrassement du chantier.