Côte de granit rose, été 2015

A l’été 2015, j’ai eu la chance de pouvoir être une dizaine de jours tout en haut au nord de cette petite excroissance de la côte nord de Bretagne qu’on appelle le Trégor, du côté de Trégastel et de Ploumanach et qui est assurément l’un des plus beaux coins de Bretagne.  J’avais fait une sorte de brochure – texte/images – paréidolique  (quand on voit des formes dans les nuages, les troncs d’arbres, les rochers..), ce qui n’est pas  original, je le concède,  car là-bas c’est un festival de têtes, de personnages ou d’objets dans les rochers. Or cette « brochure », que j’avais imprimé sur papier,  je ne la retrouve pas dans les méandres obscures de mon ordi.

ploumanach, 8 août 15, 18h12.jpgÎle Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h23.jpg

Sur l’Île Renote – qui n’en est d’ailleurs pas (plus ?) une – à Trégastel. J’imagine comment j’aurais adoré, enfant, me perdre dans ces dédales escarpés.. Je vous laisse voir la gueule du cachalot, la tête de Voldemort, celle du vieux triste au nez pointu,  de la Grande Oie endormie et du canard au bec coupé…

Île Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h26.jpgIci on touche au sublime, en termes d’équilibre, d’art éphémère-au-long-terme et de métaphore animale aquatique..

Île Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h27.jpgÎle Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h49.jpgÎle Renote, Tregastel, 8 août 15, 18h52.jpgTregastel, 18 août 15, 18h06 Tregastel, 18 août 15, 18h014.jpg Tregastel, 19 août 15, 14h49.jpg Trebeurden, 19 août 15, 14h52.jpg

 Trebeurden, 19 août 15, 14h56.jpg Trebeurden, 19 août 15, 15h12.jpg

 Trebeurden, 19 août 15, 15h22.jpgComment ne pas avoir envie de devenir sculpteur de granit quand on nait là-bas ? A défaut on peut se faire embaucher par les quelques carrières qui y subsistent mais ce n’est pas pareil de débiter des plaques qui seront poncées, polies pour devenir des pierres tombales. Autant le granit sculpté est magnifique, autant quand il est poli, rendu lisse et brillant je le trouve moche.

 

Image

Le Grand Château, Plougrescan, 20 août 15, 17h45

Pourquoi ce nom « grand château » (Castel Meur) ? Était-ce l’humour du 1er propriétaire en 1861 ou celui des habitants du coin ? A moins que ce ne soit les deux… Il est vrai que les 2 tours « flanquant le corps de logis » ne sont ni symétriques ni bien taillées… Cette maison qui se voulait modeste est à son corps défendant sans doute la plus célèbre de Bretagne et l’une des plus connues de France, connue même dans le monde… Je peux supposer un besoin de solitude, un désir d’être peinard, une envie de solitude de celui ou celle qui a a fait ce choix radical de se coincer, se ficher, se planter entre ces deux blocs. Eh bien c’est souvent raté ! Davantage regardé, photographié, voire pis ! que n’importe lequel des appartements des Champs-Élysées ! Sauf les jours et les nuits de tempêtes où les hôtes de cette demeure peuvent endurer tranquilles les fureurs du vent et de la mer !

castel meur, 22 août 15,.jpg

IMG_9122 bis
Image

Sublime chaos, baie Ste Anne, Trégastel, 16 août 15, 18h00

La Côte de granit(e) rose ? – des tas de cailloux ! mais quelle beauté que ce chaos ! Un amoncellement solide agencé par le liquide, la puissance des airs et la patience des vents,  agenceurs plus puissants que l’Homme, à la fois danger, abris et ravissement pour celui-ci.
trégastel, 16 août 15, 18h.jpg
Image

Japon Breton, Pors Rolland, Ploumanach, 13 août 15, 14h14

Romantique, mystérieux, charmant… En réalité un bon grain d’été, une pluie drue et vaguement tiède qui nous a trempés, mon fils et moi, en quelques minutes… Les couleurs un tantinet poussées ici restent en deçà du ravissement ressenti là-bas. Sur cette côte, célèbre mais finalement courte, la nature a créé une œuvre sublime, impressionnante de beauté et de force, a composé par le liquide, le minéral et le végétal, des lieux d’une puissance esthétique unique. Les photographies ne peuvent pas encore et j’espère ne pourront jamais restituer en plus les odeurs ni les parfums.
IMG_9025 bis

Île Tomé, Côtes d’Armor, 13 août 15, 13h52

Ernest Renan, qui avait vue sur l’île depuis son manoir de Rosmap(h)amon – à Truzugal, en Louanec – aurait décrit l’île comme étant « « un léviathan marin qui soulève à l’horizon sa rugueuse échine de granit ».  Cela ne se voit pas sur cette photo mais je suis d’accord : cette île a quelque chose d’un cachalot géant, avec son épine dorsale et sa pointe nord en forme de queue de poisson.

Au XVIIè s un certain Jacques Thomé (de) Kéridec l’aurait affermée, d’où le nom de l’île. On y trouve effectivement les ruines d’une ferme… mais elles dateraient de l’entre deux guerres… On signale aussi la présence d’un fermier en 1790, en 1816. Anatole le Braz relate la visite qu’il y fit à la fin du XIXè et sa rencontre de la famille Kervégan, fermiers sur l’île depuis au moins 3 géérations.  Chacun y va de ses hypothèses sur l’origine du nom : il viendrait de « tomm » (« chaud »), d’où son microclimat…  Sao Tomé sur l’équateur est même parfois cité… d’autres affirment sans arguments que la signification est « la silencieuse ». Un autre, qui voit sans doute des saints partout, dit que son nom vient de celui d’un saint,  de St tomaioc…Ce que cette île peut produire sur l’imagination !

Anatole le Braz, dans son Au Vent des Îles (partie de Contes du soleil et de la brume), la décrit ainsi : « une croupe de bête préhistorique, la queue mince, quasi rattachée encore au continent, la tête plus monstrueuse que le corps et tournée vers le large (..) on l’appelle en breton Taféak (..) [elle] surveille, dirait-on, leurs [ des sept îles] ébats avec des yeux indulgents d’aïeule »

IMG_9023 bis (2).jpg