Saint-Pierre, Locmariaquer, 29 sept.16, 18h56

img_1655-bis
Un soir de septembre nous sommes allés, comme bien souvent, voir ce qu’allait nous offrir le soleil couchant. Ce soir-là ce fut un feu d’artifice de couleurs. Nous ne savions plus où donner de l’objectif.. vers le soleil le ciel et la mer étaient magnifiques et vers la terre les ultimes rayons du soleil, jusque-là caché derrière des nuages, enflammèrent les lieux de rouges, d’oranges, de roses et de mauves…

Baie de St Pierre & St Philibert, 15 oct.2016, 12h05

Du haut (10/11 m) de la dune de St Pierre on a une vue tout autour, notamment, comme sur la photo,  sur « la baie » ( on l’a toujours appelée comme ça) de St Pierre et celle de la rivière de St Philibert. C’est donc l’un de mes lieux préférés. En cette mi-oct. – et cette année après un été sec – la dune prend une teinte rouge marron.

Je dis que « on » l’a « toujours » appelée comme ça. « On » c’est la famille, puisqu’on est quelques-uns, oncles, tantes, cousin(e)s à y passer une partie de l’été (d’abord juste au bord de « la Baie » – dans un champ loué à Mme Oliero – puis au camping « de la ferme Jeannot », puis un peu plus loin dans la maison que mes grands-parents ont fini (1988) par faire construire). « On » a donc eu tout le temps de nommer des lieux, plus ou moins en rapport avec les noms qu’on entend. Quand j’ai commencé à utiliser des cartes pour légender mes photos j’ai lu que la Baie s’appelait  » Stêr er Vered » et j’ai vu – je ne suis pas bretonnant – que ça pouvait se traduire par « le chemin – vers – du cimetière ». Quel cimetière ? Il n’y en a point dans le coin. J’ai pensé à un « cimetière de bateaux », comme il en existe un derrière le Pont du Bonhomme sur le Blavet, mais je n’y ai jamais vu de restes de coques en bois..

Aujourd’hui, à 55 ans, j’ai une explication (grâce à Claude Douchement l’ostréiculteur photographe, sur le « forum breton », qui apprécie aussi le haut de la dune) et j’y songerai quand j’y retournerai..

« En 1807, des membres et des fidèles de la (deuxième) famille royale de Bragance, chassés du Portugal (par les troupes de Napoléon ?) , font naufrage à Locmariaquer (alors qu’ils ont fui vers le Brésil.. ?) , au large de Lopereg. Seul un enfant est épargné. Pris pour des ennemis, tous ceux qui échappent à la noyade sont assommés par les gardes côte et enterrés le lendemain, à marée basse, dans la baie de Saint Pierre qui, depuis, s’appelle Ster er Vered, la baie du cimetière » .

Cela pourrait expliqué aussi pourquoi le seul rocher saillant à l’entrée de la Rivière de St Philibert – que j’appelle aussi Baie de St Philibert -, nommé sur des cartes « le Grand Pellignon » ou « Pellégo » (à vérifier) ou « men er beleg » (par Claude Douchement par exemple) est nommé par des gens du coin (par « Lulu » le gardien des parcs) « le rocher des naufragés »..

IMG_2042 bis.jpg
Image

St Pierre, Locmariaquer, 13 juil.14, 18h39

Je ne devrais pas le dire car il y a suffisamment de monde déjà (heureusement mon blog est visité par peu de gens !) mais la baie de St Pierre est un bon spot pour la planche et le kite car, comme on peut l’entrevoir sur la photo ( environ 1 h avant la pleine mer d’une marée de 110), elle est protégée des vagues de l’océan par une presqu’île sans être pour autant privée du vent quand celui-ci ne vient pas du sud mais du sud-ouest, de l’ouest ou du nord.
Image

Mer colère, Locmariaquer, 1er janv.2014, 17h27/39

mer colère, la vague, St Pierre, 1 janv 14 (1 sur 1).jpg

tempête 2,  St Pierre, 1 janv 14 (1 sur 1).jpg

tempête 3, St Pierre, 1 janv 14 (1 sur 1).jpg

tempête,  St Pierre, 1 janv 14 (1 sur 1).jpg

Ce jour-là la dune à St Pierre a été « grignotée » de plusieurs mètres notamment près des blockhaus. Celui qui est derrière le blockhaus visible, caché par une vague, a sérieusement basculé car les vagues ont enlevé le sable en-dessous, faisant ressortir des dizaines de petits obus rouillés qui ont été explosés quelques jours après. Les ganivelles (palissades de pieux pour retenir le sable et la végétation) ont été arrachées… C’était la première d’une série de tempêtes qui a duré jusque la fin février de cette année 2014.