Cri(ti)que de Barbe Brûlée (Cancale), dimanche 2 sept.18, début d’après-midi

Toute petite crique de Barbe Brûlée. Surprise de voir qu’il y a un escalier très pentu qui mène à quelques mètres carrés de sable et de n’y découvrir, presque, que des personnes qui y lisent. Livres, manuscrits, études, thèses, ébauches d’articles, recueils de sudoku… ? L’impression que sont concentrées là des personnes qui travaillent. Qui travaillent dans des maisons d’édition, des revues littéraires, des « grands » journaux. On est juste avant la « rentrée littéraire ». Peut-être des lecteurs professionnels, « de Paris », qui bossent en s’accordant, les textes plein leur cerveau, un dernier et urgent rayon de soleil au bord de la mer..

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18 (1 sur 1).jpg

penchés, lecteurs,  barbe brulée, 2 sept 18, 15h14 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h18 (1 sur 1).jpg

penchés, lecteurs,  barbe brulée, 2 sept 18, 15h18 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h21 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h25 (1 sur 1).jpg

« Sa triste et sévère façade.. »*, Combourg, 4 févr.18

combourg, 4 févr 18.jpg* les Mémoires d’Outre Tombe
L’imposant et austère château , où François-René de Chateaubriant passa une partie de son enfance et adolescence, a été construit entre le 12è et 15è siècle, modifié, restauré maintes fois, a été vendu au père de l’écrivain en 1761 qui écrira : « partout silence, obscurité et visage de pierre : voilà le château de Combourg.  » et « C’est du bois de Combourg que je suis devenu ce que je suis, que j’ai commencé à sentir la première atteinte du mal que j’ai porté le reste de ma vie, de cette vague tristesse qui a fait à la fois mon tourment et ma félicité [..] ». C’est aussi là que le jeune Chateaubriant tentera de se suicider au pistolet… qui ne fonctionna pas.

Coecilian, manoir de St-Pol-Roux, Camaret, 4 janv.2013, 14h56

 img_6710-bis

coecilian 4 janv 13 (1 sur 1)

St-Pol-Roux acheta en 1903 une maison de pêcheur surplombant l’océan, au-dessus de la plage de Pen-Had, sur la route de la Pointe de Pen Hir. Il la transforme en manoir à huit tourelles dont la maison formerait le centre et baptisa la demeure « Manoir du Boultous ». À la mort de son fils Coecilian, tombé en 1914 près de Verdun, il le renommera « Manoir de Coecilian ». Il reçoit de nombreux artistes et écrivains comme Victor Segalen, Max Jacob, André Breton, Céline et même, en 1932, Jean Moulin, alors sous-préfet de Châteaulin. Dans la nuit du 23 au 24 juin 1940, un soldat allemand investit le manoir, tua la gouvernante et blessa grièvement Divine  (la fille de St-Pol-Roux) à la jambe d’une balle de révolver. Il sera souvent dit et écrit que le soldat viola Divine ; elle-même l’attesta par écrit, mais le réfuta par la suite. Saint-Pol-Roux échappe à la mort. Le soldat allemand s’enfuit, effrayé par le chien de la maison, fut arrêté, condamné à mort par un Conseil de guerre et fusillé. Saint-Pol-Roux, qui, blessé lui-même, était hospitalisé à Brest, avait négligé de mettre ses inédits en lieu sûr. Lorsqu’il retourne à Camaret et trouve le manoir livré au pillage et ses manuscrits déchirés, dispersés ou brûlés, il ne se remet pas de ce choc. Transporté le 13 octobre à l’hôpital de Brest, Saint-Pol-Roux « le Magnifique », « mage de Camaret », atteint d’une crise d’urémie, y meurt de chagrin le 18 octobre2. Divine est décédée en 1985. Le manoir de Coecilian fut bombardé en août 1944 par les avions alliés et complètement incendié.

Jersey & les Ecrehous, 27 oct.2011, 15h24

les écrehoux, 27  oct 11 (1 sur 1).jpg
jersey vu de Barneville, 27 oct 11 (1 sur 1)
Vus de Barneville Carteret, les îlots des Ecrehous (13 kms) et la silhouette du château de Mont Orgueil à Jersey (25 kms). Lisez, comme je l’ai fait malheureusement bien après avoir vu cela, avant d’y trainer, les travailleurs de la mer de Victor Hugo qui était exilé à Jersey (3 mois) puis Guernesey (5 ans), et vous regarderez cette mer et ces rochers – surtout les rochers – en imaginant Gilliat naufragé volontaire sur ces rochers, et votre vision s’en trouvera terriblement enrichie…