28 novembre 2020: 3 heures et 20 kms,la tangente, forêt de Rennes

On est globalement bien sages je trouve, bien obéissants : « pour la bonne cause » on nous interdit de nous balader plus d’1 h et d’1 km « sans motif valable », sans attestation écrite justifiant notre déplacement, ce qui veut dire qu’il faut aussi pouvoir montrer notre identité, notre adresse.. Tout ça est infantilisant donc insupportable. Et pourtant on supporte. On ne nous fait pas confiance. Je sais qu’il y a quelques raisons pour ne pas le faire, que trop de gens abusent.. Mais en quoi aller en forêt mettrait en danger qui que ce soit ? Alors dès qu’on a recouvré ce droit – nous, citadins – le 28 novembre, on a pris la voiture et on a flirté avec la nouvelle limite qui nous était imposés : 20 km.. et 3 heures. Ce jour-là, c’était un samedi, le ciel était bleu, le soleil brillait et l’air était doux. Banalement une envie de forêt nous titillait depuis plusieurs semaines. Les odeurs, les champignons, les arbres nous avaient manqué pendant tout le mois d’octobre. Nous ne fûmes pas les seuls à être titillés : les voitures de citadins n’en pouvant plus remplissaient les quelques parkings le long des routes en bordures de la forêt, mais celle-ci est si grande qu’il y avait de la place pour beaucoup plus de personnes, la plupart des gens se cantonnant aux larges chemins rectilignes de cette forêt domaniale. Suffisait de prendre les tangentes, les petits sentiers tortueux et les sentes animales. D’ailleurs nous fûmes surpris par le départ starting blocks d’un sanglier à une quinzaine de mètres de nous. L’impression de puissance, de force et de vivacité nous effraya, un peu. Il nous a bien fait comprendre qu’il ne souhaitait pas qu’on le prenne en photo. Donc « pas de photo ». Vous ne verrez que la quiétude du végétal qui a continué peinardement sa vie pendant que pratiquement personne ne venait fouler la forêt.

Ces photos peuvent paraître assez banales mais cela m’a fait du bien de pouvoir les faire, faute d’avoir pu voir, toucher et respirer ces simples réalités naturelles – que j’espère immuables – pendant des semaines. Le printemps avait été oblitéré, une bonne partie de l’automne aussi.

Retour dans le périmètre autorisé avec un ciel de couchant à la hauteur de cet événement..