Cailloux et cætera, Cayeux s/Mer, 23 déc.19

Ambiance hivernale bord de mer venteux frisquet dans une station-balnéaire-modeste-désertée-et-fermée. Courte pause à Cayeux en commençant par Brighton. « New Brighton » ou « Brighton-les-Pins » est une zone située au nord de Cayeux s/Mer et lotie par d’entreprenants Anglais à la fin du XIXè s. Le phare qui s’y trouvait  ayant été détruit comme tant d’autres sur l’ordre de l’autre fou le 31 août 1944, un nouveau phare (dans le style du précédent pour la tour mais sans la construction à sa base qui lui faisait une silhouette à l’aspect plus solide et progressive)  y fût construit, achevé en 1951. 28 m (ou 32 selon les sources) de haut – ce qui est déjà une belle hauteur et en fait le phare le plus haut de la région – il ne fut automatisé qu’en 1999. Hitler, à qui nombre ont obéi – en plus de ses ordres délirants de meurtres massifs – nous a accessoirement (au regard de l’assassinat de millions de personnes) privé d’une partie de notre patrimoine et de plaisirs visuels architecturaux.

Cayeux s-Merl, 24 déc.19, 12h31

L’ancien phare se trouvait tout près de la mer mais l’actuel, du fait de l’accumulation de galets et de sable, se retrouve à 400 m de celle-ci (enfin c’est ce que j’ai crû voir). Un beau sémaphore se trouvait à côté, détruit lui aussi..

Le phare et le sémaphore de Brighton, avant destruction en 1944, carte postale, 1er quart 20e siècle (coll. part.).

« Cayeux » vient de « caillou » et c’est peu de dire qu’il y en a des galets.. Au XIIè s ce fut bien sûr lapidé par des paysans que fut tué le seigneur local, qui abusait.. Sur les digues , le ramassage à la main des galets constituait à la fin du XIXe siècle l’une des rares activités « industrielles » (par la sueur et la peine , oui c’était bien industriel) du coin. Convoyés jusqu’au port de Saint-Valery-sur-Somme, ces silex arrondis bleus et blancs étaient transportés en Grande-Bretagne. Avant la Seconde Guerre mondiale, des ouvriers portaient et déplaçaient plusieurs tonnes de ballots de galets par jour.

Image associée

Il y avait des ramasseurs de cailloux à peu près partout où il y avait des cailloux (du Havre, à Dieppe..) mais Cayeux a semble-t-il une particularité : il est, dit-on, le seul gisement d’Europe de galets de mer  pour son taux de silice qui atteint 99 %. Encore aujourd’hui deux entreprises continuent à exploiter les silices de mer. L’une d’elles calcine (avec quelle énergie ?) les galets à 1 600 °C pour les réduire ensuite en poudre blanche, très résistante, utilisés dans les travaux de voirie comme dans la fabrication des pâtes abrasives.. L’autre entreprise sélectionne des galets sans défaut, de taille semblable, employés pour la décoration urbaine ou comme agents de résistance dans les broyeurs.. Les derniers ramasseurs, une dizaine parait-il, sillonnent la grève par tous les temps, sauf pendant les périodes de gel qui collent les pierres ensemble. Pensent-ils « chouette il gèle ! » ou « mince il gèle » ? Je n’en ai pas vu, pourtant il ne gelait pas. La trève des ramasseurs ? Cela me fait penser à d’autres forçats d’aujourd’hui,  pousseurs de vélos chargés de sacs de 60 kg de coques dans la Baie du Mt St Michel. Par vent de nord-ouest, la mer apporte son lot de cailloux polis – sans être payée – qu’elle peut ramener au large – la stupide – dès le lendemain, sur un coup de tempête. Sur un coup de tête en somme, l’inconséquente !

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 12h45.jpg

À Cayeux la nature est plate alors les hommes y ont construits quelques verticalités, maisons, églises, phares et cet amer que j’ai pris pour un monument commémoratif de la guerre ou de « l’industrie » ( à dos d’hommes) du caillou.. Faudrait demander à Daniel Buren s’il n’a pas été influencé par cette structure pour ses colonnes au Palais Royal.. Cet amer a été construit sur l’emplacement d’un phare détruit en 44 appelé « phare sud ».

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 12h46.jpg

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 12h51.jpg

De belles vagues et du vent ce jour-là à Cayeux, mais je ne sais pourquoi mon p’tit doigt me dit qu’il y en a souvent et depuis longtemps..ou qu’ils ont décidé de ne consacrer qu’un tout petit peu d’argent dans le budget drapeaux..

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 13h07.jpg

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 12h49.jpg

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 13h10.jpg

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 13h10-39.jpg

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 13h11-09.jpg

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 13h12.jpg

Cayeux s-Mer, 24 déc.19, 13h14.jpg

 

La grève, les falaises.. à Vasterival, Varengeville s/Mer, 23 déc.19

Après avoir laissé le phare d’Ailly aux abords boueux (comme semble-t-il toute la Normandie cet hiver.. ), cap sur Vasterival, à Varengeville s/Mer, où un chemin dans une étroite valleuse « nous invite » à descendre entre les hautes falaises jusqu’à la grève.

vasterival, 23 déc.19, 14h11.jpg

vasterival, 23 déc.19, 14h14.jpg

On y retrouve encore quelques personnes semblant découvrir la mer pour la première fois..

vasterival, 23 déc.19, 14h14-42.jpg

vasterival, 23 déc.19, 14h39

Une cascade jaillit de la falaise, la sciant consciencieusement au lapidaire de son eau.

vasterival, 23 déc.19, 14h15

vasterival, 23 déc.19, 14h40.jpg

.. On est loin de cascades sous les tropiques entourée d’une végétation luxuriante. L’environnement est ici minéral (calcaire, craie, silex, grès, que sais-je, je n’y connais rien en minéralogie..) et l’humidité constante sur la paroi ne produit (de loin en tous cas et en hiver) qu’une noirceur sale..

vasterival, 23 déc.19, 14h20.jpg

vasterival, 23 déc.19, 14h22-22.jpg

vasterival, 23 déc.19, 14h32.jpg

vasterival, 23 déc.19, 14h26

 

 

 

Côte d’Albâtre, 23 déc.19

Il est temps de descendre sur les grèves de cette Côte d’Albâtre. Certains passages étroits, dans des failles, pourvus d’escaliers plus ou moins risqués, ont été faits pour ça semble-t-il comme à Sotteville s/Mer..

sotteville s mer, 23 déc.19, 12h54.jpg

..mais nous ne descendrons pas..

.. Nous descendrons quelques kms plus loin, à St Aubin s/Mer..

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h14.jpg

.. où quelques personnes se trouvent, ainsi que de 2 kite-surfers et un véliplanchiste qui évoluent entre des lignes de rouleaux écumeux. La mer y est-elle (beaucoup) plus froide qu’en Bretagne ?

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h15.jpg

Ces hautes falaises créent une rupture totale entre la terre et la mer et la grève, en plus d’être souvent difficilement accessible, devient une zone assez étrange entre 2 mondes, l’un laissé là-haut et presque menaçant et l’autre impossible à investir, une zone où l’on peut se sentir fragile, coincé, à marée haute, en même temps que protégé car caché. Sentiment ambivalent difficile à saisir et à exprimer. Mais je ressentirai cela davantage à Vasterival qu’à St Aubin…

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h15-47.jpg

.. où la large échancrure accueille le besoin de rêverie et de bien-être de la plupart des humains.

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h120.jpg

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h20.jpg

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h22.jpg

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h27

Les falaises de craie ruissellent sur les grèves et l’eau de mer y éclaircit son vert qui devient gris verdâtre, albâtre et au bout des valleuses les eaux terreuses chargées de limons ocres rejoignent la mer et tardent à s’y mélanger.

St Aubin s mer, 23 déc.19, 13h30.jpgSt Aubin s mer, 23 déc.19, 13h29.jpg

 

 

 

la « plage » à Fécamp, 22 déc.19

Les quelques personnes ( + de 20 « abonnés » ! ) qui jettent un œil plus ou moins régulièrement sur mon blog – et que je remercie au passage – auront peut-être compris – si elles ont vu l’article précédent sur ce phare en bord de Seine – que j’ai fait un court voyage vers le Nord ( depuis ma Bretagne !) et même passé un fleuve aux berges fort industrialisées (la Seine, l’eau était fraiche).. Je suis donc allé en Normandie (et même en Picardie !) dont j’avais oublié la beauté très contrastée (entre bocages charmants et plateaux remembrés désolés où poussent presque autant d’éoliennes que de betteraves, la Normandie et plus précisément la Haute-Seine (ex « Seine Inférieure ») puis la Somme – où je n’ai fait aucune sieste – la Haute-Normandie que j’ai trouvé fort belle, par ses maisons, ses valons, et fort humide, voire inondée, disons carrément débordante de toute l’eau qu’elle pouvait, la terre comme une éponge gorgée qui rejette sa flotte sur les routes transformées en pistes tropicales (à part la température). J’ai appris d’ailleurs après mon retour que près de 60 communes avaient des problèmes d’eau potable à cause de toute cette eau débordant chargée de terre.

Je voulais voir tous les ports importants mais le temps manquait. J’ai quand même « découvert » Fécamp, qui m’a beaucoup plu, comme le ciel (bien que je n’en ai pas vu grand chose hormis la « plage » et l’entrée du port).  Fécamp m’a paru être un lieu fort intéressant : un « vrai » port (bien que les trois mats terre-neuvas aient depuis longtemps disparu) et une vraie belle ville aux rues étroites et aux multiples beaux bâtiments. Et dans quels « décors » ces ports (St Valéry-sur-Caux, Dieppe, le Tréport..) se trouvent ! Un peu répétitifs, peut-être, mais tellement surprenants et spectaculaires pour un Breton du Morbihan ! Ces falaises blanches verticales de plusieurs dizaines de mètres de haut sur plus de 100 kms de long !

Traversant Fécamp, nous nous sommes directement rendus en bord de mer ( une habitude, quasiment un réflexe culturel). La journée se terminait. L’air était frais mais pas froid. Le vent soufflait un peu, un peu plus qu’un peu.. En cette fin de dimanche avant Noël des gens se promenaient et venaient voir la mer.. attirés comme moi par l’entrée du port et ses 2 feux, que j’avais aperçus sur quelques photos..

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h06.jpg

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h07.jpg

Une barrière étaient fermée, indiquant que le passage, vers l’un des feux, était interdit, mais plusieurs personnes l’enjambaient ou passaient à côté pour emprunter la jetée jonchée de galets et se diriger vers le feu vert tribord, ce que je n’osai faire, connaissant mal les risques car n’étant pas du coin.

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h09.jpg

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h11.jpg

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h07-55.jpg

Quelques habitués, certainement, qui doivent se retrouver là tous les jours – anciens marins ou pêcheurs peut-être – s’abritaient du vent derrière un pavillon, chacun sa place dans une hiérarchie implicite (je suis prêt à le parier), le plus massif  et imperturbable – le caïd quoi – au centre. Ils ne regardaient même pas la mer, devaient s’échanger les menus potins du port en zyeutant les passants.. dont moi, qui les ai photographiés sans qu’ils s’en aperçoivent ou en soient certains.

Ce qu’on appelle « la plage » là-bas est bien étrange pour un breton du Morbihan (et de la plupart des coins de Bretagne), pour qui une « plage » est de sable et non de galets, gris, de silex poli et innombrables. J’appris plus tard que plus haut sur la côte, à Cayeux s/Mer, on les exploit(ai)ent carrément et qu’on peut donc, probablement et contrairement à la Bretagne, en ramasser..

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h08.jpg

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h09-55.jpg

Le pauvre soleil d’hiver allait bientôt disparaître derrière les falaises à l’ouest. J’aurais aimé aller sur les jetées jusqu’aux pieds des deux feux de l’entrée du port mais j’espérais – pressentais presque – qu’arpenter plutôt la « plage » de galets me permettrait peut-être, avec la chance du débutant (à Fécamp), de les voir, ces 2 feux/phares – donc de les photographier – éclairés par le puissant projecteur jaune et chaud de ce pauvre soleil d’hiver qui, ne s’étant pas beaucoup montré de tout le jour,  en avait peut-être encore quand même sous la pédale.., ce qui se produisit 4 minutes plus tard :

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h13.jpg

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h13-38.jpg

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h14.jpg

Fécamp, la plage, 22 déc 19, 17h27.jpg

 

Île Tomé, Côtes d’Armor, 13 août 15, 13h52

Ernest Renan, qui avait vue sur l’île depuis son manoir de Rosmap(h)amon – à Truzugal, en Louanec – aurait décrit l’île comme étant « « un léviathan marin qui soulève à l’horizon sa rugueuse échine de granit ».  Cela ne se voit pas sur cette photo mais je suis d’accord : cette île a quelque chose d’un cachalot géant, avec son épine dorsale et sa pointe nord en forme de queue de poisson.

Au XVIIè s un certain Jacques Thomé (de) Kéridec l’aurait affermée, d’où le nom de l’île. On y trouve effectivement les ruines d’une ferme… mais elles dateraient de l’entre deux guerres… On signale aussi la présence d’un fermier en 1790, en 1816. Anatole le Braz relate la visite qu’il y fit à la fin du XIXè et sa rencontre de la famille Kervégan, fermiers sur l’île depuis au moins 3 géérations.  Chacun y va de ses hypothèses sur l’origine du nom : il viendrait de « tomm » (« chaud »), d’où son microclimat…  Sao Tomé sur l’équateur est même parfois cité… d’autres affirment sans arguments que la signification est « la silencieuse ». Un autre, qui voit sans doute des saints partout, dit que son nom vient de celui d’un saint,  de St tomaioc…Ce que cette île peut produire sur l’imagination !

Anatole le Braz, dans son Au Vent des Îles (partie de Contes du soleil et de la brume), la décrit ainsi : « une croupe de bête préhistorique, la queue mince, quasi rattachée encore au continent, la tête plus monstrueuse que le corps et tournée vers le large (..) on l’appelle en breton Taféak (..) [elle] surveille, dirait-on, leurs [ des sept îles] ébats avec des yeux indulgents d’aïeule »

IMG_9023 bis (2).jpg