Au château des Pères, Piré-sur-Seiche, 20 mai 18

Au château des Pères, le parc est accessible gratuitement et l’on peut y voir de beaux arbres, de beaux bovins, de beaux chevaux bai ou blancs et de belles sculptures, de bois, de résine et de métal…

De multiples allées d’herbe permettent des promenades variées et offrent des trouées où l’on ne sait plus trop si l’on voit des vrais gens ou une de ces nombreuses statues assez réalistes et réalisées avec un grand talent..

au château des pères, piré sur seiche, 20 mai 18 (1 sur 1).jpgCet homme aime à passer sous la clôture pour approcher les Highlands, vaches écossaises aux longs poils et au guidon impressionnant..

Highland, chateau des pères , piré sur seiche, 20 mai 18 (1 sur 1).jpg

Highland (2), chateau des pères , piré sur seiche, 20 mai 18 (1 sur 1).jpg

au château des pères (2) , piré sur seiche, 20 mai 18 (1 sur 1).jpg

 

 

Equipés ! 26 oct 09, Erdeven

Pêcheur de tellines, tellineur, et son tellinier. La telline du Morbihan est un flion tronqué (donax trunculus). A Erdeven on l’appelle pied-d’alouette. À Fort-Bloqué, on la nomme fleur de genêt. En Vendée, ce sont des pignons. Des haricots de mer, dans le Nord, des doucerons en Normandie, lagagnons au Pays basque..et dans les Côtes-d’Armor, ils appellent ça des palourdes !
équipé !2, erdeven, 26 oct 09, 18h44
 rigados 2, erdeven, 26 oct 09, 18h44.jpgÀ Kerhillio, le droit de pêcher est de 6 h à 21 h et pas plus de 120 kg par jour et par personne. Une bonne journée, c’est-à-dire 4 heures très physiques dans l’eau, à raison d’au maximum 20 kg/h, soit 80 kg…vendus à des mareyeurs entre 5 et 8 € le kilo (en 2015) et qu’on trouve dans les 20 euros le kilo chez le poissonnier (en 2011). Les Espagnols et les Italiens en raffolent. En Bretagne c’est peu connu. Dans le Morbihan ils sont une quarantaine à faire cette pêche professionnellement ainsi que  dans le Finistère, où ils descendre en 4 x 4 sur les plages de la Baie d’Audierne..

Se prémunir de la Fin ? Locmariaquer, 27 déc.17

C’est le 27 décembre, dans cet entre-deux, quelques jours avant la fin, d’une année encore, du moins selon une manière de diviser, d’additionner, de soustraire, bref, de compter le temps. Et c’est un beau soir calme d’hiver. « On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve », s’il nous préserve ou s’il a mis de côté quelques surprises, quelques désagréments. A la pointe de Kerpenhir des hommes, après « la Guerre », ont érigé une statue, la Vierge. On voit que d’immenses, d’énormes, de gigantesques nuages, venus du sud-ouest, se sont élevés jusqu’à presque occuper tout le ciel de ce côté. Bleus gris, ardoise, chargés de pluie, qui sait de grêle. Qui sait ? Alors on est venus. On voit. On regarde cette masse s’élever devant et au-dessus de nous, bien haut. La statue de la Vierge sur son piédestal porte un enfant presqu’à bout de bras. Elle le présente devant elle. A la mer. A l’Océan, l’horizon. Au ciel. Au ciel envahi par les nuages.. et fait sans doute – mais peut-être pas sans douter – un vœu pieu.

se prémunir de la fin -