La Belle-Îloise, 4 juin 2011,14h26

img_3511-ter-2

Cotre à corne ou sloup. La Belle Iloise est la réplique d’un bateau de pêche à la sardine lancé en 1898. Ce bateau, le Saint-Nicolas, est représenté par une très belle maquette au 1/20ème. Cet ex-voto se trouve dans l’église de Sauzon,  le port d’attache du Saint-Nicolas. Les qualités et la précision des détails ont permis de réaliser une reconstitution quasiment parfaite.
Ce genre de bateau pratiquait la pêche à la sardine en été. Cette pêche se faisait à partir d’annexes, qui mouillaient et relevaient les filets droits maillants et dérivants. Les rôles du sloup étaient de transporter les marins et le matériel sur les lieux de pêche, puis de rapporter les poissons au port ; et, évidemment, de remorquer les annexes.  En dehors de la saison de pêche à la sardine, le bateau pratiquait surtout la pêche aux casiers.
Le chantier a eu lieu de 1991 à 1992 et a été dirigé par Hervé Pacalet, charpentier de marine de Saint-Quay-Portrieux, originaire de Sauzon. Depuis son lancement, le bateau est toujours géré par l’association Er C’hastellic, qui l’a fait construire.

Fée des Marais & Marie-Fernand, Semaine du Golfe 2011, 4 juin, 14h40

fée des marais, semaine golfe 2011 (1 sur 1).jpg
la Marie-Fernand est un côtre pilote (l’ancre sur la voile) du Havre (d’où le H) et il y en avait plusieurs du même modèle, (d’où le numéro). Pendant 60 ans anglais le bateau fut restauré en 1984 et surtout en 2004.
La Fée des Marais est la yole des Pays de Vilaine, basée à St Nicolas de Redon. C’est une yole dite « de Bantry » ou « Yole 1796 », une embarcation de bois se manœuvrant soit à l’aviron soit à la voile. Cette yole d’origine française était utilisée comme moyen de servitude d’un navire de combat par les marines françaises et anglaises. À l’origine, cette embarcation servait à transporter le capitaine d’un navire de combat vers un autre navire ou bien vers la rive.  Mais pourquoi « Bantry » ? L’origine est la chaloupe amirale de la frégate « La Résolue » qui est le plus vieux bateau de la Marine Française encore intact à ce jour. En 1796 une flotte de bateaux français fut envoyée en Irlande afin de soutenir les Irlandais dans leurs luttes contre l’Angleterre. Arrivée à destination, la flotte dut faire face à un violent orage qui endommagea plusieurs bateaux. Le 22 décembre, La Résolue est endommagée. Deux jours plus tard, le commandant de La Résolue envoie sa chaloupe afin de demander des renforts. Malgré des vents forts, la chaloupe, commandée par un jeune lieutenant originaire de l’île de Groix, aborde le rivage sans dommage mais l’équipage est capturé par les anglais.La chaloupe est alors entreposée dans la Bantry House où elle reste pendant plus d’un siècle puis est récupérée par le musée national maritime de l’Irlande à Dun Laoghaire Dun où elle est encore de nos jours exposée.

Madelynn & Notre-Dame de Remungol, Semaine du Golfe, 4 juin 2011, 14h41

IMG_3529 (3).jpg

Madelynn est une réplique de langoustier, dessinée par l’architecte François Vivier, spécialiste de bateaux traditionnels, d’après les plans et photos des dundées langoustiers camarétois d’avant 1940. Il ne correspond pas à la copie d’un bateau précis. Cependant  c’est  un bateau comparable à la Belle Étoile, mais nettement plus petit. Sa charpente est en chêne, les bordées et le pont en iroko. Le propriétaire qui l’avait fait construire en 1990, au Portugal,  envisageait un tour du Monde, mais il a fini par y renoncer ; le voilier a aujourd’hui changé de propriétaire et navigue sur les côtes de Bretagne sud. Il a été restauré en 2006 mais la coque semble à nouveau s’être quelque peu déformée…C’est un participant habituel des semaines du Golfe, qui change souvent de couleur : coque blanche et liston vert lors de l’édition 2013 et ici en, 2011, pavois jaune et gris, liston rouge.
Notre-Dame de Rumengol est une ancienne gabare. Son port d’attache était L’Hôpital-Camfrout, en rade de Brest. Elle a d’abord fait du cabotage,  transportant des billes de bois, (son premier propriétaire était exploitant forestier), allant jusqu’à chercher du vin en Algérie ou exportant des primeurs, notamment des oignons, en Angleterre. Elle a aussi transporté du sel de Noirmoutier. Puis elle a continué comme sablier : c’est comme cela qu’ont terminé la plupart des gabares. Le sable et le maërl, prélevés à l’entrée de la rade de brest, était déchargé à Brest, à Châteaulin ou à Landerneau. Le pont du bateau chargé était au ras de l’eau.
Les gabares de ce type étaient des navires capables d’affronter la haute mer : on peut les comparer aux barges anglaises de la Tamise ou aux barges néerlandaises. Comme Fleur de Lampaul, Notre-Dame de Rumengol est une rescapée : rachetée, en 1980, par l’association « An Test » (« le témoin »), elle a été restaurée. Elle a navigué comme voilier école et comme voilier de plaisance à passagers puis a, de nouveau, été restaurée à fond en 1996.Depuis, « la Rumengol« , comme on l’appelle familièrement, continue à promener des passagers en rade de Brest et en mer d’Iroise.

Joli Vent, 4 juin 2011, Semaine du Golfe, 14h44

IMG_3535 bis (2).jpg

joli vent semaine golfe 2011 (1 sur 1).jpg

Chaloupe non pontée lancée en 1958, l’un des premiers Sinago pour la plaisance, construit par les Chantiers Thomas à Vannes. Il a beaucoup navigué sur la Seine, en Méditerrannée… puis a été abandonné une dizaine d’années… Restauré à partir de 2006 à l’AFPA d’Auray, relancé lors de la semaine du Golfe en 2009.
Image

Elégance. Runa IV, Semaine du Golfe, 4 juin 2011, 14h58

runa IV semaine golfe 2011 (1 sur 1)

IMG_3539 (3).jpg

Yawl à cornes construit en 1918 au Danemark. 4ième de la série de 7 Runa. A été restauré juste avant cette semaine du Golfe 2011 par les chantiers du Guip à Brest. Ses propriétaires étaient Yves Carcelle, le patron de Louis Vuitton, décédé 3 ans plus tard,  et Grégory Ryan, sculpteur américain.