Premiers rayons sur mon pays, Riantec, 21 oct.18

Les Salles, le petit port de Riantec, 8h06.

bernaches cravant devant l'île aux pins,, Riantec,, 21 oct 18, 8h00 (1 sur 1).jpgBernaches, cygnes, cormorans, aigrettes.. devant l’Île aux Pins (Riantec) dans la petite mer de Gâvres, 8h.

bernaches cravant, Riantec,, 21 oct 18, 8h00 (1 sur 1).jpg

les Salles, Riantec,, 21 oct 18, 8h04 (1 sur 1).jpgles Salles, avec un drôle de bateau et, à 5 kms, le clocher de l’église de Locmiquélic. Je ne sais si ce bateau bouge car il semble être surtout un logis flottant « fait maison ». Il s’appele Baobab.

 Riantec,, 21 oct 18 (1 sur 1).jpgl’église Ste Radegonde avec, dans l’axe de son clocher 3 kms derrière, le château d’eau du quartier de la Russie. Elle a été construite dans les années 20 à la place de la première église qui était plus petite, au clocher moins haut et plus arrondi, clocher dont la charpente brûla le 23 janvier 1917. Il fut décidé de détruire cette première église et d’en construire une beaucoup plus vaste (60 x 20 m)

phare de kerbel, Riantec, 21 oct 18 (1 sur 1)le phare de Kerbel – l’un des rares phares bretons transformé en chambre d’hôtes – et les immeubles de Lorient à près de 10 kms..

phare de kerbel, 21 oct 18, 8h45 (1 sur 1).jpg

kernerl, Riantec, 21 oct 18, 8h07 (1 sur 1).jpg

les 3 cyprès, 21 oct 18 (1 sur 1)les 3 cyprès de l’île de Kerner

kernerl, Riantec, 21 oct 18, 8h12 (1 sur 1).jpgl’unique chantier ostréicole de Riantec, au bout de l’île (reliée au bourg par une digue).

 

du tombolo de Gâvres, 21 oct.18

l’isolé et bien conservé hameau de Kerfaut, au « fond » de la Petite Mer (ce qui se dit mor bihan en breton..) de Gâvres. Peinard, tranquille, avec souvent vue sur la vasière mais bordé d’eau à marée haute..

C’est mon pays. Et je l’ai photographié surtout dans les années 80.. J’y ai vécu mon enfance et mon adolescence. Il méritait bien que je me lève tôt en cette fin octobre un peu fraiche.

tombolo de gâvres 21 oct 18 (1 sur 1) L’aube sur l’océan vu du tombolo. Gâvres n’est pas une île car une étroite (moins de 50 m à l’entrée du bourg) bande de terre et surtout de sable de 5 kms ( et parfois 1 m d’altitude) de long relie la commune au continent, ce qui donne une topographie particulière qui m’a toujours plu.D158, tombolo de gâvres 21 oct 18, 7h38 (1 sur 1)la route sur le tombolo, la D158, avant que le soleil se lève..
 sur la D158, 21 oct 18, 8h15 (1 sur 1).jpg… et inonde tout de sa lumière d’or (8h15)
plage de lines, 21 oct 18, 8h14 (1 sur 1)plage de la Falaise à Linès, 8h14

 

le phare a pris la grosse tête ! , Riantec, 22 févr.10

Depuis quelques jours je revisite mes premières photos numériques, qui datent de près de 10 ans, à la lumière du nouveau matériel dont je dispose. Le regard et les idées changent et des photos qui ne m’ intéressaient pas prennent une nouvelle dimension. Celle-ci en est un bon exemple. Vers 1980, quand j’ai commencé à faire des photos un peu sérieusement, j’ai pas mal (sic) photographié à Riantec : j’y vivais, c’était mon bled, je n’avais guère le choix d’aller loin. (faudrait que je numérise mes photos numériques si je veux remonter le temps). Après cette période « obligée », j’ai finalement assez peu photographié ma commune d’enfance et d’adolescence ( et celle où je serai peut-être enterré), que j’ai toujours trouvé – à tort sans doute – moins photogénique que les alentours (Port-Louis, Gâvres..). Je tombe sur cette photo du phare qui n’en est plus un depuis… depuis quand au fait ? Je pense que des petits malins ont fait ça quand j’étais parti loin de Lorient en Orient (1990) Bref ! Il est depuis lors l’un des rares phares où on peut passer la nuit, dormir, moyennant finance (600 euros minimum) , puisqu’il a été transformé de manière à pouvoir y passer très confortablement une nuit, des nuits , selon l’argent qu’on est prêt à dépenser. Je regarde donc cette photo et je découvre cette maison d’un jaune audacieux comme on en trouve régulièrement dans la région (pas forcément jaune mais d’une couleur audacieuse..) et je trouve que la tête du phare a été bien et raisonnablement élargie (à la limite de la grosse tête !) de manière à proposer une belle grande chambre. J’y vois aussi le mélange de style de maison souvent présent dans la région, de la maison tour carrée XIXè à la moderne triangulaire pignon en ardoises des années 90…
Mis en service en 1913 afin de remplacer le phare de Poulfanc, que mon copain Jean-Marc Cohonner appelait justement « tour à feu », il a été gardé par Honorine le Guen (1902 – 1990) qui a pris cette fonction en 1925 à l’âge de 23 ans et l’a occupé jusqu’en 1972, date où elle a pris sa retraite. Le phare a été électrifié en 1932. Faudrait que je me renseigne sur Honorine.