Levée du jour à l’entrée du Golfe, 3 avr.21

La veille au soir, vérifié l’heure du lever du soleil, le ciel et la météo pour le lendemain, mais surtout se lever dès que réveillé, avant le soleil et tituber un œil ouvert jusqu’à la fenêtre à l’est, dont le volet reste ouvert. D’un coup d’œil, déjà, je vois à quoi ça ressemble et selon le rapport fatigue/ aspect du ciel je décide de retourner dans le lit chaud ou de rester debout. Ce matin-ci le ciel est enfin nuageux avec quelques trouées. « enfin » car jusqu’ici le ciel était voilé, poudreux (cf article précédent) et que les nuages donnent en général des ciels plus intéressants. Un mug de café de la veille, quelques biscuits ou crêpes ou ce qu’l y a et en route !

Ce matin les nuages sont nombreux et épais mais les trouées sont bien là : le ciel a décidé de la jouer wagnérien. J’entends presque les cuivres. J’utilise souvent l’expression « lumière divine ». Je pense que c’est une influence des images de catéchisme que j’ai aperçues enfant et après et ce tableau dans le même genre qui était dans l’escalier chez mes grands-parents maternels dans la maison d’Eaubonne où l’on voyait sans doute un vieil homme et ses longs cheveux blancs et une barbe de patriarche, dégageant une impression de puissance, en haut et au milieu de l’image et dont émanait un faisceau de rayons lumineux éclairant en éventail ce qu’il y avait en dessous. En fait on adore le soleil et on a bien raison. Nous sommes des païens. Encore plus, malgré les apparences récentes, en ces lieux où les plus grands mégalithes (pléonasme) sont la marque de rites bien bien plus anciens que cette religion en fait très récente qu’on appelle le christianisme qui a recyclé, adapté, transformé des croyances et des rites beaucoup plus anciens.

le Motenno, Arzon, 7h05. Le vent, bien présent, est frisquet, voire un peu plus..
tourelle Goemorent, 7h08
.. pourtant il y a toujours d’indécrottables pêcheurs presque à toute heure sur l’eau, à croire même qu’ils ont passé la nuit sur la mer.. Encore une réalité que je ne connais pas.
Méaban, depuis le Pointe de Kerpenhir, 7h26. A la pointe le vent passe plus vif. Jusque-là j’étais presque seul.
Une jeune femme est apparue sur la plage de l’école de voile. De loin sa démarche et ses gestes me semblaient montrer qu’elle était en forme, heureuse d’être là. Je continuai à vaquer à mes attentions de photographe. Je sentis bientôt une présence derrière moi. J’avais bien vu qu’elle semblait avoir pris le sentier que je venais d’emprunter mais je fus quand même surpris quand je l’entendis juste derrière moi. 2 regards, 2 bonjours, 2 sourires, le tout en 2 secondes, puis un bref échange sur le caractère vivifiant de l’air. Elle veut me rassurer sur l’éventualité de l’arrivée du soleil. Elle ne sait pas que je ne suis pas inquiet et que j’apprécie les nuages et ne suis pas dérangé par le froid. Elle continue son tour de marche et s’arrête un peu à la table d’orientation sur le belvédère (un peu après je verrai qu’un pêcheur très matinal, trentenaire et bavard lui a semble-t-il tenu la jambe un peu plus loin).
Penthièvre, 7h34. L’air vif, qui sait, est peut-être responsable de la réfection des formes à l’horizon de la presqu’île, qu’on nomme « fata morgana », histoire de créer par des mots un peu d’imaginaire..
Décidément les lieux ont en ce début de jour un air dramatique, hugolien, presque inquiétant. Est-ce l’âme du cyprès le plus proche du belvédère (cf ma photo « les amoureux à la pointe ») déchiré en 2 par une des tempêtes de février, puis tronçonné entièrement (alors qu’un cyprès mutilé a une silhouette intéressante) , qui rend les lieux chagrins, lugubres et comme en deuil ?
Des Tourne-pierre (7h54), ignorant de tout cela surgissent de l’eau sur un rocher. Ils semblent toujours chiffonnés, fatigués, avec leurs plumages de tâches et leur air renfrogné. Sont-ils juste fatigués, voire épuisés, d’avoir volé si vite, si vivement avec tant de virtuosité au-dessus des eaux ?
Notre-Dame de Kerdro, 7h58. La statue de « Notre-Dame-de-Kerdro », représentant une femme – la Vierge – tenant un petit enfant – « l’enfant-Jésus » – qui a l’air réjoui, sur son bras gauche, le brandissant devant la mer, apporte tout de même une touche esthétiquement intéressante de silhouette presque immuable dans ce décor hérissé d’arbres, de maisons et d’un clocher (c’est mieux que les antennes-relais et les grues que je m’efforce de ne pas montrer..)
Venant sans doute de Vannes, la vedette Kerpenhir, double l’île de Berder, de Gavrinis et dans un instant l’île Longue en remontant le courant de la Jument, à cette heure indécis (la « renverse »), entre deux eaux, mais encore puissant. Il y a très peu de passagers à bord mais le service est le service. Il accostera au Port-Navalo, histoire de prendre, en ces temps entre 2 saisons covidées, 2 ou 3 passagers et de reprendre son souffle avant de filer vent de travers et courant devant vers Houat.

La lumière a perdu ses jaune. Ce n’est plus le lever du jour.

le Jacques Cartier, le Croisty, 28 juillet 2020, fin de matinée

Je n’ai jamais vu ici un bateau aussi grand.

Un matin j’ai la surprise de découvrir de la Pointe er Hourèl un très grand bateau, un paquebot ! : 130 m de long !

Le Belem – qui m’avait impressionné et dont l’arrivée par tous les bateaux m’avait ému lors de la dernière Semaine du Golfe – faisant 58 m, on pourrait largement en aligner 2 le long du Jacques Cartier). On en perd tout repère.

Celui-ci est un bateau de luxe : 4700 € la semaine de St Malo à Nantes en faisant plusieurs escales avec possibilité de faire des excursions « à terre » (Bréhat, Ouessant, les Glénans, Concarneau, Groix, Port-Navalo, Houat, Belle-île..) de la compagnie du Ponant (qui en a 6 autres semblables.. ), le Jacques Cartier, un « Ponant explorer ». Rien que ça. Il mouille devant le port du Croisty .

Je le photographie dès que je le vois car j’ignore combien de temps il restera là. Mais je me promets de revenir tôt le matin et à la fin du jour, car, même s’il est majestueux comme le Rex dans l’Amarcord de Fellini, je pense qu’il sera encore plus beau au levant et au couchant. Malheureusement je n’aurai que ce soir-là pour le photographier. Le lendemain matin, alors que j’irai sur place vers 7h30, je ne le vois plus : il a levé l’ancre 1 heure avant, à l’aube, cap sur Nantes.

Il y a au moins 2 attitudes différentes vis-à-vis du navire : une attirance, une curiosité de plusieurs bateaux – voiliers, pêche-promenade, zodiac etc.. – et une apparente indifférence de ceux qui pêchent, font de la voile, du paddle..

Sortie en baie de Quiberon de Krog e Barz le 9 août 17, 17h23/18h23

IMG_5905 bis-001

Devant le Grand Mont (presqu’île de Rhuys)IMG_5906 bis.jpg

IMG_5908 bis

IMG_5920 bis

Il laisse Méaban sur tribordIMG_5935.JPG

IMG_5937.JPG

IMG_5938.JPG

Cap sur Houat…IMG_5947

IMG_5948

IMG_5953

… puis retour, Méaban à babord. Krog e Barz faisait juste une petite sortie du Golfe, histoire que je le photographie sans doute… Il le mérite, avec ses jolies voiles colorées…IMG_5963

IMG_5964

IMG_5965Comme les autres bocqs (langoustiers) le Krog e Barz est un voilier rapide, plus rapide que les autres vieux gréements car il fallait ramener les langoustes, dans un vivier au milieu du bateau, le plus vite possible.

IMG_5966

IMG_5967

IMG_5968

IMG_5974.JPG