Condamnés, article pré-nécrologique, Pointe er Hourèl, Locmariaquer, 27 déc.2018, vers midi

pins, pointe er hourèl, 27 déc.18 (1 sur 1).jpg

pin japonais, pointe er hourèl, 27 déc.18 (1 sur 1)Ce qui fait le principal intérêt de la Pointe er Hourèl est le « petit bois de pins » visible de loin, qui l’orne, le coiffe, abrite de son ombre un dolmen écroulé.. Or la silhouette du bois va changer (si ce n’est déjà fait au jour où j’écris ceci) car un certain nombre d’arbres, proches du bord lentement mais sûrement érodé par les tempêtes de hautes marées, sont marqués d’une croix orange qui ne sont pas l’œuvre d’un artiste inspiré mais plus sûrement du service qui va les tronçonner, peut-être pour qu’ils ne tombent pas lors des prochaines tempêtes et n’entrainent dans leur chute encore plus de terre. Alors je les ai photographiés avant qu’ils ne disparaissent, notamment celui qui est le plus près du bord vers l’est, le plus incliné et que j’appelle (appelais..) le pin japonais et que j’ai déjà plusieurs fois photographié et qui donne (donnait ?) une touche de fantaisie au bosquet.pin japonais 2, pointe er hourèl, 27 déc.18 (1 sur 1).jpg

pin japonais 3, pointe er hourèl, 27 déc.18 (1 sur 1).jpg

pin japonais 4, pointe er hourèl, 27 déc.18 (1 sur 1).jpg

Pointe er hourèl, 25 octobre 2010, 16h15

Contrairement à ce que pensent nombre de gens qui regrettent sans doute trop l’été fini, le temps est souvent beau et calme au mois d’octobre, il y a de nombreuses journées ensoleillées et encore tièdes, le début de l’automne est souvent agréable, notamment en bord de mer beaucoup moins fréquenté à cette époque de l’année et c’est une bonne période pour aller pêcher à pieds, comme l’ont fait ces quelques personnes

fin de pêche à Toull er Her, 25 oct 10-2

Pointe er Hourèl, 12 janvier 2014, 12h38

La Pointe er hourèl est un type de lieu assez rare en Bretagne. De toute façon il est unique ! Il est en effet peu fréquent qu’un petit bois de pins maritimes se trouve ainsi isolé sur une pointe au bord de l’océan. A une époque très très lointaine ( entre 35 et 45 siècles av. Jc… ) y avait élevé un dolmen – et ça ne devait pas être facile –  au temps où cette pointe était probablement le sommet d’une colline, la mer se trouvant beaucoup plus basse qu’aujourd’hui. Le dolmen est encore présent mais la grande pierre plate horizontale ne repose plus sur les 3 fichées en terre et est tombée au milieu. D’après certaines sources, le bois y serait centenaire. J’ai un doute car les arbres n’y sont pas très gros, ils tombent régulièrement à cause des tempêtes et sont naturellement remplacés par des plus jeunes.. Ils sont aussi coupés et d’autres sont plantés. Sur certaines cartes cette pointe est nommée Toull er Her, ce qui signifierait quelque chose comme le trou (ou creux, ou vallon) du hardi… Etrange. Etrange, dis-je, et pour cause ! Ce serait en fait la déformation de « toul rer », qui serait le nom donné, par malice,  par un local à un enquêteur cherchant la toponymie, et ça signifie trou du cul… Le nom s’est pourtant retrouvé sur la carte marine du SHOM. Ailleurs elle est appelée er hourèl, ce qui pourrait dire « le souffleur », ce qui revient presque au même…
IMG_7934 bis