Premier crépuscule printanier sur la côte. Locmariaquer, 29/30 mars 21

Dès qu’on peut on file vers le sud. Vers ce havre d’espace et d’iode, d’horizon, de grand air. La dernière fois c’était fin janvier. Cette fois-ci nous étions partis – nous étions partants – a priori pour 10 jours mais cette personne « en responsabilité » a décidé qu’il fallait limiter les déplacements (mais que nous serions tolérés à rentrer à la fin du week-end de Pâques) et nous nous sommes adaptés, une fois de plus. Nous sommes restés un peu moins : 1 semaine. Le temps maussade revenu le jour du départ nous y a aidé. Et on est obéissants. Déjà avant, relativement, mais d’autant plus depuis 1 an. Obéissants, respectueux des uns et des autres et nous n’avons pas les moyens de prendre le risque de payer une amende de 135 €.

Après avoir installé nos affaires dans la maison, en fin d’après-midi, nous allons, impatients, « voir la mer », ou plutôt la revoir, voir si elle est toujours là (quelle idée !), si elle toujours aussi belle dans la lumière du soir, si aucun bouleversement ne nous l’aurait changé.. Ressourcement. Retour à la source. Et dès le lendemain nous retournerons – je retournerai – , poussé par un besoin fort, revoir les lieux chers, chaque portion de l’espace connu au long de ma vie. Telle portion du chemin, tel arbre, tels rochers, tel bout de plage de sable..

Au fond ces oiseaux que je croise et photographie un peu sont peut-être comme moi, finissent par reconnaître les lieux qu’ils fréquentent chaque jour, le glissant des roches, le piquant des dunes, la dureté des sables. C’est la mémoire de la plante des pieds (ou des pattes) et celle du cerveau transmise par les yeux.

L’eau mouvante forme des marches qui aussitôt disparaissent puis réapparaissent. Comment faire pour les gravir et tenter de partir en marchant sur l’eau ?
Les sables gorgés d’eau sont un miroir dont le tain lentement disparait..
Au 1er matin là-bas, des bourgeons de ce nouveau printemps nous rassuraient sur la continuité du temps. Etions-nous inquiets ?
Je les ai regardés pour la 1ère fois. J’ai découvert leur existence. Les interdictions qui nous sont faites de nous déplacer rendent les lieux, pourtant familiers, plus précieux et m’ont fait regarder différemment le simple bord du chemin; l’éventualité de ne pas pouvoir revoir tout cela change mon attention.
Je m’intéresse davantage aux petites choses.. Elles sont atteintes par bien des dangers, mais pas par ce virus..
Je continue à regarder et voir aussi, comme avant, tout ce qui est dans mon champ de vision, comme par exemple la silhouette d’un homme-à-ce-moment-là-pêcheur se fondant presque avec celle des rochers..
.. ou, comme une aigrette ou un cormoran, sa présence visible par quelques nuances de forme et de couleur d’avec l’environnement..
… ces nuances s’estompant proportionnellement au nombre d’individus en présence, convoitant par ces jours de grandes marées les êtres vivants près des rochers habituellement inaccessibles à pieds d’homme.
L’Homme – l’être humain – peut être dans le paysage, comme n’importe quel être vivant, mais mes yeux d’être humain l’identifient rapidement comme ici, non loin de Bagen Hir, comme n’étant ni un oiseau ni un rocher.
Dès le deuxième soir nous avons eu un ciel poudreux voilant un peu le soleil, ciel qui reviendra plusieurs jours de suite..
.. ciel tranquille et uniforme auquel le lent vol des hérons ajoute de la sérénité..
.. ou celui des goélands allant chaque soir vers l’est..
J’ai constaté que les oiseaux – comme ici des canards – vont vers l’est quand le soleil se couche, se dirigeant de fait vers les zones plus sombres qui seront les premières dans la nuit. Peut-être qu’ils quittent ici simplement les lieux de leur dernier repas du jour au fond de la Baie de St Philibert et rejoignent un lieu sûr pour passer la nuit, comme l’île de Méaban (mais je doute que ces canards y aillent) par exemple, qui offre le double avantage de n’être qu’à 3 km de la côte et où il est interdit depuis 1982 de descendre du 15 avril au 31 août.
Sur le chantier ostréicole, une amoureuse (son homme n’est pas loin) semble goûter aussi la quiétude de l’immobilité des éléments et de la lumière voliée..
Tapie dans l’épaisseur sombre des arbres, le manoir vide regarde les rouleaux de la mer descendante se former au milieu de la baie..
Le soleil disparaît derrière la presqu’île de St Philibert, laissant les parcs arborés accueillir la nuit qui les rafraichira de rosée pendant que les eaux de la Rivière continueront de glisser avec la marée descendante qui laissera la grève, les goémons et les huîtres retrouver l’air nocturne.

l’appel de la pêche, Locmariaquer, samedi 17 oct.2020

Ce samedi la marée était basse vers midi et son coefficient était de 112, ce qui est une très grande marée. La mer se retirait donc particulièrement loin, découvrant des rochers accessibles juste quelques jours par trimestre.. les pêcheurs à pieds étaient donc au rendez-vous et les crabes ne se doutaient probablement de rien..

10h24
10h42
11h12. Les pêcheurs à la ligne sont aussi présents, espérant pêcher les bars qui apprécient les zones de forts courants, or le Golfe qui se vide encore à cette heure est comme un fleuve puissant.
11h24. Qu’en pensent les ibis sacrés d’Egypte, les cormorans et les autres oiseaux ? Concurrence déloyale ?

Gratteurs, Epave & bâtisseurs, 2 nov.17

épave dans la brume, 2 nov 17 (1 sur 1).jpgBaie de St Pierre. Fidji est un voilier arrivé là je ne sais comment il y a plusieurs années. Complet, en état. J’ai signalé sa présence aux Affaires Maritimes au bout de 2 ans peut-être, surpris qu’il soit encore là. Maintenant la légère fissure dans sa coque plastique s’est agrandie en cassure, le sable et l’eau rentre. C’est une épave. Un des noms de ce lieux est Ster er Vered : vers le (le chemin du)  Cimetière. De bateaux ?
les batisseurs, pointe er vil, 2 nov 17 (1 sur 1)Point er vil.Quelqu’un a acheté l’Abri du marin, bâtiment d’un chantier ostréicole, pas cher et les pieds dans l’eau. Ils ont apporté des blocs de pierre et vont reconstituer avec un beau mur de soutènement du terrain regagné sur la mer.

 

le Prix du Poisson…, Quiberon, 27 févr.2017, 17h46/42/48

IMG_3330-001

IMG_3333.JPG

 

La « petite » tempête donne à plein, le vent souffle fort, difficile de maintenir l’appareil et même de tenir debout sans être bousculé, mais c’est tellement beau et impressionnant que l’on sort de l’auto à chaque occasion entre 2 grains pour voir, ressentir et capter quelques vagues magnifiques de puissance. Je suis concentré sur les vagues qui s’élèvent et lessivent la côte rocheuse quand, n’en croyant d’abord pas mes yeux, je m’aperçois qu’un chalutier est sorti de Quiberon et, montant et descendant, taille l’air de rien son bonhomme de chemin sur l’océan très agité. C’est ce qu’on appelle « une mer forte à très forte » et ce bateau d’une quinzaine de mètres semble une coquille de noix… Pourquoi diable sont-ils sortis ? Le doivent-ils vraiment ? La pêche est -elle bonne par ce temps ? Quelle qu’en soient les raisons, je trouve cela bien courageux, voire téméraire, en tous cas admirable (de lapin). Oups ! pardon, le mot à ne pas prononcer… Chapeau ! J’en ai discuté avec Jean-Claude, qui a été patron pêcheur de 1960 à 1992 (il a commencé comme mousse à 15 ans) qui m’a dit que quand il y a du vent et de la mer le poisson « soulage », c’est-à-dire qu’il est moins au fond, plus en surface ( ce qui veut dire la même chose) et que, de toute façon, c’est le métier, le travail, et qu’il faut bien y aller pour gagner, au pire, sa croûte, au mieux, de l’argent. En tous cas, c’est ce que j’ai compris.