Dura Goéland Lex sed Natura Lex, Rivière d’Auray, 12 avril 18

Un héron – que j’ai pensé jeune – est venu se poser dans l’anse.

Il pensait sans doute trouver là repos et peut-être pitance..

 

le jeune héron & le goéland, rivière d'auray, 12 avril 18 (1 sur 1)

le jeune héron & le goéland 2, rivière d'auray, 12 avril 18  (1 sur 1).jpg

 

le jeune héron & le goéland 3, rivière d'auray, 12 avril 18  (1 sur 1).jpg

… mais il pressentit bien tôt quelque chose qui venait des airs..

le jeune héron & le goéland 4, rivière d'auray, 12 avril 18  (1 sur 1).jpg

.. un goéland argenté (trop sans doute)  à qui ça ne plaisait guère,

de caca blanc le bombarda..

(le photographe fut si surpris qu’il ne déclencha pas)

piqua sur lui, revint tel un chasseur..

le jeune héron & le goéland 5, rivière d'auray, 12 avril 18  (1 sur 1).jpg

Le héron non héro, jugé importun, ne fit pas le hableur

et s’envola de son apparence impassible et  tranquille

à la prudence choisissant d’être docile

et se posa plus loin.

le jeune héron & le goéland 9, rivière d'auray, 12 avril 18 (1 sur 1)

le jeune héron & le goéland 7, rivière d'auray, 12 avril 18  (1 sur 1).jpg

Moralité : Dura goéland lex sed Natura lex !

(la loi du goéland est dure mais c’est la Loi de la Nature !).

Pourquoi on bosse.., Locmariaquer, déc.2017

projetCarteVisite

« drôle de titre » pensez-vous peut-être.. J’ignore si cet ostréiculteur en rêve mais le petit élégant manoir sur l’île du Grand Veïzit là-bas, est la demeure rêvée par excellence : seule sur une île face à l’entrée du Golfe et l’océan. Quand je l’ai vu il y a quelques années et en juin 17, le petit manoir avait certes une toiture en ardoises en très bon état mais de sérieuses lézardes dans les murs. L’intérieur était vide, montrant des débuts de restauration. Les ruines d’une autre construction subsistent à la pointe de l’île, au ras de l’eau.

 

Leenan Head 111 ans…, Locmariaquer, 11 août 17

IMG_5991 bisRentrant dans le Golfe, avec un flot puissant et un vent favorable
IMG_5997Avec le sinagot les 3 frères
IMG_5999-001Changement de cap, vers le port de Locmariaquer
IMG_6002
IMG_6012-001.JPG
Bateau anciennement de pêche aux hareng en Irlande, construit en 1906 en Écosse, aux Chantier Banff, gréé en ketch (type Zulu, ancien bateau du nord de l’Écosse). Après 30 ans de service de pêche il devient le bateau-courrier des îles du Connemara et transporte matériau, bétail (jusqu’à 80 moutons bien serrés dans la cale, paraît-il) et courrier. Dans les années 1950, il est motorisé pour devenir le ferry de l’île d’Inishbofin. Il finit sa carrière au milieu des années 90.
Racheté par un Français,  il est restauré dans un chantier naval de Paimpol pour être transformé en voilier de croisière. En 2009, il est de nouveau restauré au chantier associatif Tramasset au Tourne en Gironde. Il  transporte aussi des marchandises de commerce équitable quand il est affrété par la jeune Compagnie Maritime TransOceanic Wind Transport pour du cabotage sur les côtes bretonnes (notamment entre l’Irlande et Douarnenez), ou par l’association « un air de fret ». Sa cale peut contenir 4 m3 de fret. 150 m² de voiles.

Krog e Barz, Locmariaquer, 11 août 17, 18h30

IMG_6020

IMG_6021

IMG_6023

IMG_6022Cotre aurique, réplique d’un langoustier  (ou caseyeur ou bocq) de 1910 de Loguivy de la Mer, construit de 1988 à 1992  à Ploubazlanec par le charpentier de marine Xavier Buhot-Launay. Il a traversé l’Atlantique avec son premier propriétaire. Vendu en 2008 à 2 frères, il est désormais basé dans le golfe du Morbihan, à Port-Navalo (Arzon), même s’il est toujours immatriculé à Paimpol. 15 m de long, plus de 200 m² de voiles (90 m² pour la grand voile)

Les bocqs étaient des voiliers rapides pour ramener les crustacés, vivants dans un vivier placé au milieu du bateau et alimenté en eau de mer. Les marins de Loguivy ont été les premiers à pêcher la langouste, allant parfois jusqu’au large du Portugal. Ceux de Camaret ont pris la suite mais avec des dundees, plus grands et à 2 mats car ils allaient parfois jusqu’au large de la Mauritanie.

Enfin le nom signifie « croche dedans », pour évoquer le geste de crocher, au passage, les casiers à langouste.