Un soir tranquille à Pointe-er-Vil.., 17 oct.20, Locmariaquer

Depuis ce temps, il y a 4 mois (nous sommes à la mi-février 2021, à l’aube d’un probable et insupportable reconfinement), je suis retourné là-bas et ai dans ma besace moult belles et bonnes images. Je veux cependant revenir à cet automne, cette période qui était « normale » – c’est-à-dire entre 2 confinements (décidément quel mot moche) – où nous pouvions, l’esprit à peu près tranquille (=sans crainte d’un contrôle) profiter du coucher du soleil, ce qui n’est plus légalement possible aujourd’hui que le « couvre-feu » – ce confinement qui ne dit pas son nom – est à 18h, c’est-à-dire avant le coucher du soleil.. C’était donc le samedi 17 octobre et l’air était calme, la mer haute et le ciel dégagé… Nous sommes sortis pour aller voir la mer au plus proche, là où on la voit quand on sort de la maison. C’est à 300 m et loin d’être la nature à l’état pur – zone ostréicole – mais c’est ainsi et on s’en contente volontiers..

[Les images sont placées dans l’ordre de la prise de vue]

En 3 minutes la lumière a déjà changé, a baissé d’intensité, s’est orangifiée..Un voilier rentre, remonte la « rivière » de St Philibert, doucement, vu l’absence de vent. Nous avons le temps de nous y intéresser de plus près tout à l’heure.
18h42
18h56
[Je sais que cette photo semble sortie d’une autre série, mais non, elle a bien été prise à 18h58, mais elle est sous-exposée d’environ 2 diaph’]
19h02. Cormoran Icare..
19h05
19h13. Nous ne verrons pas ce soir-là le soleil s’enfoncer dans l’horizon occupée par une bande nuages.

la Baie de Quiberon by William Turner, 3 mars 18, 18h56/57

La Baie de Quiberon et W. Turner 3, 3 mars 18
La Baie de Quiberon et W. Turner 2, 3 mars 18
Coucher de soleil Dürerien (2), Fort de Penthièvre, 3 mars 18 (1 sur 1).jpg
On ne sait jamais comment va disparaître le soleil au delà de l’horizon. Parti 2 heures avant son coucher je n’aurais pas parié qu’il eût fini ainsi, brouillé. J’avais quitté le bord de mer où j’avais photographié pendant plus d’1 h car je me disais qu’on ne verrait pas le soleil se coucher ce soir-là. Mais en roulant, je l’aperçus soudain qui réapparaissait sous l’épaisse couche de nuages et qu’il avait bien l’intention de nous faire un spectacle.. J’accélérai jusqu’à un point d’où j’espérais pouvoir le voir. J’arrivai un tantinet trop tard à mon goût, mais pas assez pour ne pas avoir le temps de faire 3 photos de son halo flou, vaporeux derrière la gaze nuageuse. Une mystérieuse lueur claire brillait sur le Fort de Penthièvre.