Equipés ! 26 oct 09, Erdeven

Pêcheur de tellines, tellineur, et son tellinier. La telline du Morbihan est un flion tronqué (donax trunculus). A Erdeven on l’appelle pied-d’alouette. À Fort-Bloqué, on la nomme fleur de genêt. En Vendée, ce sont des pignons. Des haricots de mer, dans le Nord, des doucerons en Normandie, lagagnons au Pays basque..et dans les Côtes-d’Armor, ils appellent ça des palourdes !
équipé !2, erdeven, 26 oct 09, 18h44
 rigados 2, erdeven, 26 oct 09, 18h44.jpgÀ Kerhillio, le droit de pêcher est de 6 h à 21 h et pas plus de 120 kg par jour et par personne. Une bonne journée, c’est-à-dire 4 heures très physiques dans l’eau, à raison d’au maximum 20 kg/h, soit 80 kg…vendus à des mareyeurs entre 5 et 8 € le kilo (en 2015) et qu’on trouve dans les 20 euros le kilo chez le poissonnier (en 2011). Les Espagnols et les Italiens en raffolent. En Bretagne c’est peu connu. Dans le Morbihan ils sont une quarantaine à faire cette pêche professionnellement ainsi que  dans le Finistère, où ils descendre en 4 x 4 sur les plages de la Baie d’Audierne..
Image

Mur de l’Atlantique, pointe d’Erdeven, 26 oct.09, 16h36

IMG_1017 (2).jpg
Voilà ce que fait un enfant de 11 ans  avec un tout petit morceau du fameux qui se voulait fabuleux « mur de l’Atlantique » construit sur la volonté d’un régime politique mythomane et paranoïaque, dont l’existence a été rendue possible par le conformisme à une « pensée » unique d’un grand nombre de gens pourtant soit disant « éduqués » et « intelligents ».. Qu’en reste-t-il ? Des murs, des blocs de béton -sur des dunes, des plages – souvent submergés par la mer, des verrues historiques, politiques, d’un matériel résistant et solide rongé un peu plus 2 fois chaque jour mais qui, 70, 80 ans après leur apparition, sont toujours là, « offrant » aux enfants des occasions de jeux, aux plus grands des supports picturaux… Comme lui, mon fils, j’ai trouvé amusant ces vestiges, un char rouillé sur la dune comme un jouet en grand et en vrai pour » jouer à la guerre » et sur lequel je montais, le métal chauffé au soleil de l’été brûlant les pieds, dans lequel je m’installais aux commandes, pressentant un instant la situation du vrai soldat, un blockhaus pour jouer à cache-à-cache ou exercer son courage au saut dans le vide… Je suis sûr que je ne jouais pas comme ça avec les blockhaus, inventant une chorégraphie urbaine de skate park sans skate, influencé par Michaël Jackson.. Le temps qui passe heureusement use aussi les réactions.  J’y jouais à la guerre. Etais-je, étions-nous, si influencés par la guerre dont nous entendions parlé par nos parents enfants pendant qu’elle se faisait ?