Cri(ti)que de Barbe Brûlée (Cancale), dimanche 2 sept.18, début d’après-midi

Toute petite crique de Barbe Brûlée. Surprise de voir qu’il y a un escalier très pentu qui mène à quelques mètres carrés de sable et de n’y découvrir, presque, que des personnes qui y lisent. Livres, manuscrits, études, thèses, ébauches d’articles, recueils de sudoku… ? L’impression que sont concentrées là des personnes qui travaillent. Qui travaillent dans des maisons d’édition, des revues littéraires, des « grands » journaux. On est juste avant la « rentrée littéraire ». Peut-être des lecteurs professionnels, « de Paris », qui bossent en s’accordant, les textes plein leur cerveau, un dernier et urgent rayon de soleil au bord de la mer..

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18 (1 sur 1).jpg

penchés, lecteurs,  barbe brulée, 2 sept 18, 15h14 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h18 (1 sur 1).jpg

penchés, lecteurs,  barbe brulée, 2 sept 18, 15h18 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h21 (1 sur 1).jpg

simone n'est pas morte, barbe brulée, 2 sept 18, 15h25 (1 sur 1).jpg

Gratteurs, Epave & bâtisseurs, 2 nov.17

gratteurs dans la brume, 2 nov 17 (1 sur 1).jpg
épave dans la brume, 2 nov 17 (1 sur 1).jpgBaie de St Pierre. Fidji est un voilier arrivé là je ne sais comment il y a plusieurs années. Complet, en état. J’ai signalé sa présence aux Affaires Maritimes au bout de 2 ans peut-être, surpris qu’il soit encore là. Maintenant la légère fissure dans sa coque plastique s’est agrandie en cassure, le sable et l’eau rentre. C’est une épave. Un des noms de ce lieux est Ster er Vered : vers le (le chemin du)  Cimetière. De bateaux ?
les batisseurs, pointe er vil, 2 nov 17 (1 sur 1)Point er vil.Quelqu’un a acheté l’Abri du marin, bâtiment d’un chantier ostréicole, pas cher et les pieds dans l’eau. Ils ont apporté des blocs de pierre et vont reconstituer avec un beau mur de soutènement du terrain regagné sur la mer.

 

Idéale, Locmariaquer, 29 sept.2016, 17h55

IMG_1614 (2).jpg
idéale..., 4 nov 17 (1 sur 1).jpg4 nov.17
C’est l’une de mes maisons idéales, un peu isolée, face à la mer (ça ne se voit pas sur cette photo prise à plus de 2 km mais la plage et la mer sont à 50 m de la maison), un grand terrain de plus de 2000 m2, quasiment vide de plantes actuellement mais avec de la ténacité et du bon sens ce serait probablement possible de le planter de variétés locales : cyprès, tamaris… Le seul hic c’est que « l’altitude » du terrain oscille entre 2 et 5 m… Or paraît-il que le niveau de la mer monte peu à peu et le terrain est exposé aux tempêtes de sud-ouest, au fond de la baie de St Philibert qui ne présente à la furie des eaux aucun obstacle sérieux. Une terrasse sur le toit de la partie plate de la maison serait fantastique…