le cormoran & le minaret, 6 juin, 7h55

Les phares me plaisent. Leur silhouette dans les lieux souvent les plus beaux car les plus dangereux (pour la navigation) et donc souvent les plus spectaculaires, leurs éclats la nuit, régulière, fidèle au poste, même s’il n’y a plus de gardien qui allume la lumière. J’aime la Teignouse, malgré son nom (la teigneuse ?), car c’est l’un des phares que j’aperçois le plus souvent, qu’il est l’un des phares de mon pays. Et puis il faut reconnaître aussi qu’il est l’un des plus originaux : pas haut (20 m) – l’un des plus petits même, sinon le plus petit ? – et une forme bizarre : une tour étroite posée sur un cylindre – comme un fut métallique –  qui serait comme le premier étage d’un phare « normal », en tous cas classique. Et puis, surtout (c’est ce qui se voit le plus, ce qui frappe quand on le voit), sa blancheur : il est tout blanc, comme chaulé et son sommet est rouge, comme le bout d’une allumette. Sur cette photo il acquiert une nouvelle dimension : on dirait un minaret. Le minaret coiffé de rouge d’une modeste mosquée méditerranéenne.

la Teignouse, 6 juin 19, 7h58.jpg

Entrainements d’IDEC avant le Rhum, 7 & 9 oct.18, Baie de Quiberon

8h47. J’étais sorti par ce beau matin de soleil. A la « grande plage » (St Pierre) je me suis mis à photographier les oiseaux, goélands, cormorans, mouettes.. quand j’ai vu – pas trop surpris car je savais qu’il sortait s’entrainer régulièrement (comme Sodebo, fenêtreA, chocolat Réauté..) – IDEC, l’impressionnant trimaran barré par le « voisin Francis » Joyon (il habite à Locmariaquer). Toujours un plaisir et une émotion  de voir sortir ce grand bateau de la Trinité s/Mer, à petite allure, au moteur, poussé, guidé par quelques zodiacs, puis hisser son foc, sa grand’voile..

Ce matin là, moins d’un mois avant le départ à St Malo de La Course du Rhum, alors qu’il n’y avait qu’une petite brise assez tranquille (en tous cas là où je me trouvais, plus à l’abri que dans la Baie), j’entendis, à environ 2,5 kms, le sifflement de l’air dans les voiles du trimaran qui « traçait » droit vers le large.. Ce sifflement est presque amusant entendu à distance mais il a « dézingué » le système auditif de F. Joyon lors du Rhum. Cela serait facile de dire que ça ne m’étonne pas qu’il l’ait gagné, le Rhum, même si 2 ou 3 autres « ultimes » sont un peu plus rapides que lui en vitesse de pointe, mais sur le Rhum l’important était encore cette année de ne pas casser avant d’arriver et IDEC et son barreur se sont montrés les plus solides..et les plus chanceux, car ne pas rencontrer un objet flottant qui vient casser la coque est une question de chance.

Même les cormorans semblent regarder cet immense oiseau des mers aux 3 couleurs..

idec, baie de quiberon, 9 oct 18-49.jpg

Entre ma première photo, à 8h43, quand il avait hissé depuis peu ses voiles, et celle-ci, où il s’apprête à dépasser le bout de la presqu’île de Quiberon, il s’est passé 6 minutes, c’est-à-dire qu’il mettra 10 petites minutes à remonter toute la presqu’île au sortir de la Trinité jusqu’à l’est de la Teignouse, soit toute la Baie, c’est-à-dire une dizaine de kms à près de 60 km/h.

idec, baie de quiberon, 9 oct 18-49-14.jpg

idec, baie de quiberon, 9 oct 18, 8h53.jpg8h53

2 jours avant en fin d’après-midi, le bateau était déjà à l’entrainement et fusait tout autant sans avoir toute sa toile. On voit sur la photo le panache de vitesse derrière le safran tribord.idec, baie de quiberon, 7 oct 18, 16h28

Un cormoran peut voler à 27 noeuds (50 km/h). Cette version allégée d’IDEC au printemps 2018 peut facilement atteindre 32 noeuds (60 km/h) même avec peu de vent, d’ailleurs il est devant ce cormoran pour l’instant ..idec, baie de quiberon, 7 oct 18, 16h29.jpg

.. qui est devant le voilier 3 secondes après !idec, baie de quiberon, 7 oct 18, 16h29-19.jpg

(8 nov.2019) ça s’était il y a 1 an et demi. Depuis le bateau a du être encore amélioré car Joyon vient de raccourcir de 6 jours son temps entre Port-Louis (56) et Port-Louis de l’île Maurice. Quel bateau et quel marin !