à la confluence des 2 rivières (d’Auray et du Bono), 10 oct.18, fin d’après-midi

Derrière la bouée César, ce bâtiment abandonné à la Pointe de Ronasrho à l’entrée de l’étroit étang du Plessis.

L’un des plus beaux coins de Bretagne, du Morbihan et certainement de la Rivière d’Auray que cette zone où elle est rejointe par celle du Bono : l’alternance entre l’étroitesse à la Pointe de Vide-Bouteilles (?) et la Baie de Rosnarho, et surtout la variété et la magnificence des arbres qui dissimulent les berges, ne laissant qu’entrevoir ici et là quelques demeures bien tranquilles dans ce coin finalement assez secret (point encore de sentier littoral côté Crac’h..)..

étand du Plessis, 10 oct 18.jpg

auray, 10 oct 18.jpgl’un des clochers d’Auray et un bout d’une belle demeure à la Pointe de Kerloc’h.

le banc de la sarcelle et la pointe de Kerisper, bono, 10 oct 18.jpgl’eau recouvre le banc de la Sarcelle

La Bouée César, Le Bono, 15 oct.16, 13h12

IMG_2060 bis (2).jpg

img_2065-2

Pourquoi ce nom ?  Car il s’y trouvait, quasi certainement,  du temps des Romains un aqueduc ( le seul autre connu en Bretagne étant celui de Carhaix). Ceci dit, au 18è s., de Robien, alors propriétaire du château du Plessis-Kaer (en amont de ces vues), le nomme « Pont aux Espagnols » (présents lors de la guerre de la Ligue au 16è s. Un lieu en aval est d’ailleurs nommé Fort Espagnol). Sur la Pointe de Kerisper (non visible sur cette photo, à droite de la rivière d’Auray) se trouve un chemin nommé « l’Avenue du Pont César » et à Locmariaquer un lieu est nommé « la Butte de César » et l’on sait que la petite cité était un port antique possédant un amphithéâtre ( au lieu du cimetière actuel), un temple, peut-être des thermes.. L’eau aurait donc pu être amenée jusqu’à Locmariaquer par un aqueduc… mais on n’en a trouvé aucune trace…Donc un aqueduc franchissant le Loc’h (la rivière d’Auray) et rien d’autre ?  Toujours est-il que les 5 piles du pont ont été détruites en plusieurs étapes au XIXè s. et au XXè.s. car elles gênaient le passage de certains bateaux jusqu’au port d’Auray (St Goustan). La bouée César est proche de l’emplacement de l’une d’entre elles qui constitue encore un haut fond (une « obstruction » sur la carte littorale).