Ré fata morgana, du Veillon (Vendée), 20 août 2014, 18h37

IMG_8451 bis
Cette photo de piètre qualité au zoom numérique 20 x (équivalent à peu près à un 600 mm, pour ceux à qui ça parle)  permet peut-être au moins de mieux comprendre pourquoi on doit construire des phares suffisamment hauts pour être vus d’assez loin : la photo est prise du port de Bourgenay (Talmont St Hilaire, en Vendée), à plus de 23 kms de la Pointe des Baleines, l’extrémité de l’île de Ré, et voilà donc comment  les 2 phares des baleines et la tour du sémaphore apparaissent au téléobjectif (de gauche à droite : le « nouveau » – 1849, 57 m de haut -, l’ancien – 1682, 29 m – et la tour du Sémaphore – 1863, 21 m -). Or, la puissance de l’éclairage du phare le plus récent  le rend visible jusqu’à environ 39 kms, encore faut-il que la rotondité de la Terre (et donc de la mer !) ne vienne pas gâcher cette possibilité… et cela n’est vrai que si le phare est suffisamment haut pour que ses rayons passent au-dessus de l’arc de rotondité de la mer.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s